AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dany



Messages : 47

MessageSujet: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Dim 5 Oct - 11:19

La campagne n'était pas vraiment dans ses habitudes. Des animaux, très peu d'humanoïdes, des distances immenses et aucun endroit où se cacher, voilà qui était fâcheux. Décidément la campagne n'était pas sa tasse de thé, mais elle devait s'y plier. Une forte récompense avait été offerte pour tuer ou capturer une bête dans la campagne, elle avait réussi à recruter deux gardes du corps, des mercenaires avides d'argent qui ne posait pas de questions. L'employeur, un des bourgmestres du village de Daëldech' était venu au nom de toute la communauté des différents villages d'une ombre qui faisait peur aux enfants, et qui tuait des bêtes. Mais Dany n'avait pas que cet objectif en tête, les villages abritaient à l'instar du vieux docteur Heartman des personnages qui souhaitaient s'intégrer dans la communauté et oublier leur passé.

Quoiqu'il en soit, après avoir passé la mâtiné à interroger les villageois des alentours, et particulièrement de Daëldech', Dany déduisit l'aire où opérait la créature. D'après les racontars des agriculteurs, une vieille chaumière qui trônait comme une reine décrépie au sein de la plaine effrayait les populations locales, on la disait hanté. Dany était elle aussi connaissait l'art des mensonges et de la rumeur, et décida d'aller vérifier tout cela d'elle-même. Un vieux capuchon violet quelque peu usé lui couvrait la tête afin de ne pas être reconnu par d'éventuels espions à la solde du gouvernement.

Elle prit la route avec ses deux compagnons humain à qui elle ordonna de se faire discret à l'orée de la bâtisse. Le grand costaud à l'épée commença à contourner la maison alors que l'archer qu'il l'accompagnait se cacha dans un bosquet. Quand à Danyka après trois coups de poing sur la porte, elle se recula puis hurla :

- Il y a quelqu'un ?

Elle avait la main cramponné à sa dague, même si elle avait deux soutiens, elle restait sur ses gardes, le danger pouvait venir de n'importe où et tous ignoraient à quoi ressemblait exactement la bête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmaël Ancon



Messages : 10

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Mer 8 Oct - 6:22

*Reprends toi Garmaël, reprends les rennes de ton esprit, sans violence, en paix, ne le laisse plus vagabonder, respire fais le vide... Le vide. Un esprit calme et apaisé aussi pacifique et immuable qu'un volcan endormi.*

Une grande inspiration, et dans un souffle Garmaël sentit le profond bien-être d'un esprit délivré de tous les tourments du monde physique. Le portes d'un monde qui lui avait été fermé depuis si longtemps semblaient sur le points de s'ouvrir à nouveau pour lui un monde de la pensée hors du temps dans lequel il avait eu le loisir de s'attarder en des temps meilleurs pour lui. Un monde où il avait put effleurer l'immense sagesse de son peuple aujourd'hui décadent. Ainsi, bien avant qu'il ne soit temps pour lui de voir ses ailes lui pousser, avait pu exploré au-delà de la matière les cieux de son île.

Mais soudain, les cieux redevinrent sombres, et chargés par le lourd vol des anges. Il eut le sentiment de faire une chute interminable avant de sortir, une fois de plus brutalement de sa méditation.
À mesure que ses yeux s'ouvrait, se dessinait, devant lui le décor familier de sa cachette. Ces murs lézardés autrefois rassurants et protecteurs avaient perdu tout aspect de solidité, les fissures semblaient s'ouvrir béantes et le révéler au monde, nu et visible de tous.
Son coeur tambourinait dans sa poitrine, un affreux pressentiment l'avait envahit à son réveil, il s'était toujours senti dissimulé et à l'abris dans cette chaumière.

Et voila Garmaël paniqué comme un rat dans un sac, il courait en tout sens en tournant les idées dans sa tête pour faire face à la menace imminente. Fuir? Impossible, n'importe qui pénétrant dans la pièce plus de cinq minutes trouverait une montagne d'évidence d'une occupation récente de la bâtisse. Il serait pisté et retrouvé en moins d'une semaine.
Combattre? Idiot, ce ne serait que reculer pour mieux sauter, il n'y a pas de victoire possible contre les humains et il n'était plus celui qu'il fut, la seule chose en sa possession qui pouvait vaguement faire office d'arme était une vieille hachette à bois, rouillée et émoussée. Il la glissa dans sa ceinture, dissimulée dans son dos vaille que vaille au cas où les choses dégénèreraient.

Qu'est ce qu'il pouvait faire pour gagner du temps? Endormir la méfiance des hommes le temps de préparer sa fuite et effacer les traces derrière lui.
Son regard s'attarda sur les mixtures de sa préparation, personne n'avait approché son sanctuaire depuis des décennies, que pouvait-il faire alors?
Il avait très peu de temps pour bricoler le meilleur costume de vieil ermite possible.
Un peu de maquillage pour cacher le rouge vif infernal de son teint, une grande cape à capuchon pour masquer ses cornes et ses traits distinctifs.

Et ainsi, sous son ridicule accoutrement, il restait devant une fenêtre couverte en totalité de lierre, à lorgner dans les interstices de la végétation pour voir arriver l'hypothétique menace que sa méditation lui avait faite entrevoir.

Et celà ne manqua pas, il se détachaient de l'horizon, deux silhouettes se distinguaient sur le pas de sa porte, un espèce de colosse armé d'une épée commençait à tourner autour de son refuge, l'autre semblait plus gracile et féminine et marchait droit vers l'amas de planches vermoulues qui faisait office de porte. Plus d'échappatoire, il lui faudrait jouer ses cartes rapidement sa vie en dépendait.

*MAIS?!... Qu'est ce que?!*

La fille était à présent à quelques mètres de la porte et que pouvait-il voir? Comme pour le narguer au fond de sa misère, trônant sur son front, deux petites cornes, une tieffling flanquée d'un humain venait le chercher dans sa retraite!
Trahison! le désespoir le plus sombre s'emparait de son âme, si même les siens passaient à la botte des humains.
Il n'eut pas le temps d'y réfléchir plus, elle tambourinait déjà à la porte.
En l'absence de réponse, nulle doute qu'elle ferait irruption dans la pièce.
Il se rapprocha lentement de la porte et adopta une attitude vouté et misérable du mieux qu'il put avant de formuler d'une voix affectée et assourdie, masquant à grand peine l'exotisme de son accent à travers la porte qu'il avait entrouverte.

"Qui êtes vous? Je vis seul ici et ne veux pas de compagnie!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dany



Messages : 47

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Sam 11 Oct - 22:40

Danyka fut rassurée lorsqu'elle entendit le son d'une voix, ce n'était donc pas une bête mais bien un humanoïde. La voix avec quelques accents exotiques peut-être tieffling mais elle n'en était pas sur. L'individu parlait avec prudence, il devait avoir vu les deux mercenaires qui se mettaient en position. Aucun bandit ou autre comparse à l'horizon même si la jeune tieffling préférait rester sur ses gardes et ce dire que peut-être il n'était pas revenu de leur méfait. Cependant la cabane ne semblait pas assez grande et assez neuve pour accueillir même les plus vils des brigands. Pour ce cacher dans ce repère, l'homme pouvait être dangereux.

Outrepassant la rumeur, la jeune citadine expliqua la raison de sa visite.

- Je me présente, Alima Nyda, tieffling de Clavinia. On sait que c'est vous qui faîtes peur aux gens et qui leur chapardé du linge, s'enquit-elle. Vous savez que cela peut-être gravement punit. J'ai cependant une proposition, suivant vos aptitudes je pourrai vous recommandez si vous venez à Clavinia avec nous. Je connais quelques très bons amis vampires et tiefflings qui pourraient facilement vous trouvez un travail en ville, duquel vous


Comme à chaque fois, rien n'était laissé au hasard, le calcul de Danyka était manifeste, et le travail proposé à Clavinia aurait peut-être comme thème le vol ou autre fourberie, le principal pour elle, c'était de satisfaire le client.

- De plus je cherche un homme du nom d'Angus Farson, peut-être l'avez-vous aperçu dans le coin. C'est un homme du soixantaine d'année cheveux poivre et sel avec une paire de lunettes du continent. Il est un peu comme vous, il n'aime pas trop la compagnie et préfère être solitaire, je croyais que c'était sa demeure au début, mais vous n'êtes pas Angus n'est-ce pas ? C'est un ami de longue date que j'aimerai retrouvé. Là encore tout n'était que mensonge, il s'agissait de sa deuxième mission mais elle ne pouvait le dévoiler aux mercenaires sans que ceux-ci fassent grimper le salaire qu'elle leur avait attribué.

PS : j'ai juste changé la couleur du dialogue l'autre étant assez peu lisible, trop habitué à l'ancien forum que je suis ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmaël Ancon



Messages : 10

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Lun 13 Oct - 6:57

Cloitré, Garmael était resté parfaitement immobile, son épaule plaquée contre la porte et la main serrée sur la poignée, il gardait un minuscule interstice entre le bois et le linteau de pierre. Les jambes ancrées dans le sol, il se tenait prêt à plonger en avant et peser de toutes ses forces pour empêcher qu'on entra de force dans son domaine.
Tentant, tant bien que mal de contrôler son souffle pour ne pas dévoiler sa terreur, il avait dédié tous ses efforts de concentration à l'écoute des bruits aux alentours, et tandis qu'il prêtait à la tieffling sur son seuil une oreille attentive, la deuxième, avait pivoté sur son axe sous le capuchon de laine feutrée poursuivre les mouvements du malabar à l'épée.

Ce dernier avait contourné la bâtisse avant de s'arrêter pour se camper à l'extrême opposé de la porte et bloquer toute tentative de fuite dans cette direction.
Autant dire que la situation n'était pas brillante, Garmaël était fait comme un rat et se sentait pris au piège et stupide de s'être ainsi laissé coincer. Tous les efforts de sa volonté furent nécessaires pour lutter contre l'envie pressante de glisser sa main dans son dos sur le manche de la hache toujours dans sa ceinture, et pour se recentrer sur le discours de cette fille.

Son nom, Alima, il ne lui évoquait rien, et que pouvait-il en faire?
Le reste de ses paroles était plutôt étrange... Elle lui affirma savoir qu'il était à l'origine de vols divers dans la régions et affirmait qu'il serait puni. Elle ne cessait de citer Clavinia bien que Garmaël n'eut la moindre idée de ce que cela voulait dire, il en déduisit que ce devait être une sorte de village pour humanoïdes... Mais pourquoi alors était-elle accompagnée d'humains?
Pourquoi tenter de lui faire peur avec la punition de ses vols alors que la punition pour être né Tiefflings est déjà la mort?
Pourquoi prétendre savoir à qui elle s'adresse sans l'avoir vu? Il était bien certain n'avoir laissé aucun indice derrière lui, elle n'avait donc aucune preuve et tentaient d'obtenir des aveux par ruse.

L'énigme de ses propos était bien trop complexe pour lui qui ignorait tout de cette île où il s'était éveillé l'an passé.
Elle lui faisait entrevoir la possibilité d'un lieu où il n'aurait plus à cacher son visage et fuir la malédiction de sa naissance Tiefflings, et où les humains le laisseraient vivre en paix.

Et il restait là, silencieux, livrant bataille dans son for intérieur, partagé entre la curiosité que lui inspirait cette jeune fille, et le sentiment qui dirigeait sa vie à présent, celui que personne n'était digne de confiance. Que cette lueur d'espoir qui lui était présenté lui brûlerait les ailes s'ils s'en approchait trop. Un piège pour l'attirer au dehors... Oui cela semblait le plus probable.

Hasardant un oeil dans l'entrebâillement de la porte, il dévisagea la jeune fille à la chevelure violette. Elle semblait plus jeune que lui, parée de vêtements aux teintes sombres et au coupes facilitant le déplacement. Elle ne semblait pas si dangereuse, pourtant, sa main était serrée sur la garde d'une dague ou d'un glaive, à la vue de l'arme, l'éclat de l'oeil de Garmaël, luisant dans l'obscurité se fondit à nouveau dans les ténèbres.
Sans être vraiment rassuré, et après un long silence, Garmaël entama sa réponse, pas question d'avouer des crimes sans qu'on lui présente une preuve de sa culpabilité.

"Je ne sais pas de quoi vous voulez parler, je n'ai vu ni votre bonhomme ni personne d'autre par ici avant vous. Si les gens ont peur de moi, cela les regarde. Et je n'aime pas qu'on vienne en arme m'encercler chez moi et m'accuser à tort et à travers. Je ne sais pas qui vous êtes mais vous vous comportez comme des bandits."


Il resta un moment silencieux, à l'écoute, il était sur qu'il avait été entendu des deux personnages, et sembla très distinctement entendre le costaud de derrière cracher dans un grognement.

"Je veux bien discuter avec l'un d'entre vous... Pour peu qu'il laisse ses armes devant ma porte."
Les mots lui avaient presque échappés, emporté par un élan de curiosité il avait lancé ses paroles sans y réflechir et s'était plus ou moins rattrapé en leur demandant de déposer les armes.
Quel autre choix lui restait-il pour redresser la situation? Il ne pouvait pas les renvoyer d'un simple "non merci" et puisqu'ils ne semblait disposés à partir si facilement, autant tirer de la situations toutes les informations possibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dany



Messages : 47

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Mar 28 Oct - 18:09

L'humanoïde semblait intelligent, et sa prudence égalait celle de Danyka, et c'est de cette même prudence que Danyka allait se servir pour le confondre, mais le risque restait grand malgré les deux gardes. Au vu des dires de l'ermite, celui-ci avait déjà bien pris conscience de la tactique employé par Danyka et ses hommes. Les accusations de l'homme étaient tout aussi grave dans la plupart des villes et îles alentours ou même sur le continent mais à Clavinia les rapines étaient plus fréquentes pour qui ne faisait pas attention, et pouvait être subtile, elle repensait au black cat qu'elle avait rencontré quelques temps auparavant.

Un de ses gardes semblaient vouloir en découdre, elle lui montra sa bourse et lui fit signe que s'il déconnait, il ne serait pas payé. Bien entendu la bourse de Danyka ne renfermait jamais tout à fait de l'or ou alors c'était dans un but bien précis et aujourd'hui cela n'était pas le cas mais les deux mercenaires n'en savait rien.

Danyka sortit très lentement son arme et la planta à hauteur de bras,dans un jeune arbre qui n'était pas très loin, si jamais elle devait se battre et fuir, il est vrai qu'elle ignorait ce qui se cachait derrière la porte.

- Des bandits, quelle grotesque idée, avez-vous déjà vu des bandits se présenter à vous avant de vous dépouillez ? Si je voulais piller et voler, j'aurais bien plus de joie à le faire envers les rats du continent et qui plus est, je prendrais surement pour cibles quelques hommes riches, si ce n'est à la piraterie que m'adonne afin de leur piquer richesses et secrets.Et vous sans vous présentez n'agissez vous pas de la sorte ? Danyka savait que pour se faire des amis, il fallait parfois casser du sucre sur le dos des gens ou trouver un lieu commun d'entente. Et à Clavinia quel meilleur lieu commun d'entente que la haine que tous humains comme humanoïdes portaient à cette infamie.

- Pour ce qui est des gens qui ont peur de vous, cela les regarde effectivement. Et plus ils ont peur, plus cela les regardent et plus cela les regardent et plus on besoin de supprimer la peur afin qu'elle ne vienne plus troubler leur sommeil. Je vous donne une opportunité de vivre, j'espère que nous pourrons en discuter tranquillement chez vous, cependant si vous tentez quoique ce soit, je dirais à me deux hommes de vous faire la peau, est-ce bien clair ? Ce monde est un monde dangereux et bien que je préfère la voix de mes amis à celle de mes ennemis, je sais que la trahison est pour les espions du continent une monnaie d'échange très lucrative.

Danyka s'approcha doucement de la porte, les deux mains bien en évidence afin de montrer qu'elle n'allait faire aucun geste brusque. Cependant de son coté elle s'attendait à devoir éviter un carreau d'arbalète à tout instant, elle n'aimait vraiment pas ce genre de situation où elle n'avait pas le contrôle total de ce qu'il l'environnait ou tout du moins une position qu'elle estimait dominante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmaël Ancon



Messages : 10

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Dim 2 Nov - 20:22

Danyka s'attendait à trouver une bête dans la chaumière et devant un être bipède et à la voix articulée, elle avait conclue que son interlocuteur était une personne, mais sur bien des aspects, Garmaël se rapprochait bien plus de la créature de la rumeur. Encerclé dans son terrier, comme une bête forcée à la chasse à courre, il savait sa vie sur le fil du rasoir. Prêt à sauter à la gorge de ses assaillants, et profiter de leur moindre erreur. Ses sens aux aguets n'avaient rien manqué du geste discret de Dany. Et il avait suffisamment observer les humains pour en comprendre le sens. Les villageois conservaient des ronds de métal dans de petits sacs de cuir et se les échangeaient contre divers objets et aliments. Les humains étaient bel et bien aux ordres de la tieffling, et ils semblaient pressés d'en finir. De ces observations, le Tieffling imagina les bases d'un plan de sortie de cette difficile situation.

La jeune fille sembla se plier à contrecoeur aux exigences du maître des lieux. Elle laissa sa dague dans un arbre. Avant d'approcher, les deux mains en évidence de la porte.
Ses paroles n'avaient que peu de sens pour Garmaël, toutes ces allusions au continent, par exemple, mais le message restait suffisamment clair: Ce n'était pas des brigands, elle attendait qu'il se présente et au moindre pas de travers les deux hommes l'exécuteraient.

"Tu veux mon nom? Je peux te donner UN nom et il t'appartiendra de croire ou non qu'il est le miens."

Une petite provocation que se permettait Garmaël pour montrer à Dany qu'il n'était pas dupe et qu'il n'accordait pas de valeur au nom qu'elle avait employé pour se présenter.

Mais puisque la demoiselle s'était désarmée. Il tourna les talons après avoir donné une petite traction dans la porte pour qu'elle s'ouvre lentement en grinçant dans son dos.
Sans se retourner il se dirigea rapidement dans le fond de la pièce près des restes d'une commode décrépite sur laquelle reposait une vasque de terre cuite ébréchée remplie d'eau. Prestement, il rejeta sa capuche en arrière et aspergea plusieurs fois son visage et essuya de ses paumes les restes de son maquillage de fortune.
Dans son dos, il pris la petite hache qu'il avait dissimulé et la leva bien en évidence avant de la poser près de la cuvette.

Se retournant vers Dany, il lui révéla sans plus attendre sa nature de Tiefflieng dans tout l'écarlate de son teint et de sa tête garnie de petites cornes. Mais aussi son visage que barraient de nombreuses cicatrices.
Dans un sourire complice, il ouvrit la conversation, d'une voix ferme mais basse pour être sur que seule elle pourrait l'entendre.

"Bien, maintenant que nous sommes entre nous, inutile de poursuivre ce petit jeu. Tu es l'une des miens, mon maquillage ne t'aurait pas trompé de toute façon. Je te remercie d'être entrée sans armes et puisque tu tiens à mettre en place tes règles et je les acceptes, mais voici les miennes..."

D'un pas lent, il se dirigea vers un tabouret près d'un guéridon couvert d'une nappe si mitée qu'on pourrait la croire de dentelle. Sa main décrivit un arc de cercle nonchalant dans l'air désignant le pauvre décors de son logement.

" Ce que tu vois autour de toi, c'est tout ce qu'il me reste, tout ce que les humains m'ont laissé, ils m'ont tout pris, aujourd'hui, je me terre dans cet endroit, je vole pour vivre et je me cache dans les ombres. Je n'ai pour ainsi dire, plus rien. Et aujourd'hui, je vois l'une des miens accompagnée d'humains, venir en arme me chercher.

J'espère qu'on pourra discuter mais je ne vois aucune raison de te faire confiance et je n'ai rien à perdre. Si on devait en venir à se battre, j'emploierai toute la force de mon désespoir et je ne serais pas le seul à mourir. Sommes nous d'accord Alima?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dany



Messages : 47

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Lun 3 Nov - 10:49

Dany était de moins en moins rassurée, et ce sentiment ne fit que s’accroître lorsqu'elle entra dans cette cabane qui ressemblait plus à une tanière de fauve qu'à une habitation humanoïde. Même le plus crasseux de pirates du port s'en sortait mieux dans la cale de son navire. La hache sur le coté démontra que le tieffling qu'elle découvrit, était petit à petit devenu une bête enragée. Elle estima pour son compte qu'il fut heureux qu'il n'est occis personne.  Autant à Clavinia un mort dans le caniveau ne posait pas forcément de problème, mais les petits villages de la campagne éprouvaient un fort sens communautariste, et toucher à l'un des leurs, c'était toucher au village entier.

Le tieffling n'avait toujours pas donné son nom, malgré un laïus provoquant faisait bien comprendre à Dany qu'il avait devinez qu'Alima Nyda n'était pas son vrai nom. Cependant celui-ci devait ignorer que son nom même factice était en mesure de lui ouvrir bien des portes dans la cité de l'île. Que Dany soit forcé d'arracher un nom à ses interlocuteurs, elle en avait l'habitude, mais ceux-ci n'était pas pas en mesure de vouloir lui en donner un factice. La tieffling aimait nommer les choses, et si elle ne le pouvait faute de nom, alors elle en inventait un. Et ensuite quoique vous fassiez pour vous détachez de ce nom, il vous collait à la peau, vous le traînez avec vous dans la pluie, dans la boue du port comme dans les plus hautes sphères de la société.

Alors que le tieffling lui présentait sa modeste demeure et avoua être le criminel que Dany avait supposé qu'il soit. Tous les témoignages des habitants se retrouvaient en ce lieu, vol d'habits, de couverts, de nappe, etc... Déjà elle visualisa dans sa tête un plan pour sortir par quelques sauts périlleux si jamais elle venait à froisser l'individu en lui donnant le nom qu'elle avait en tête, bien que vu comment celui-ci était rustre, il n'y verrait surement là aucune signification.

Ce qui frappa Dany bien plus que la vétusté de ses habits ou de son antre, c'était l’absence de référence total à Clavinia  ou au continent et ce n'était pas faute d'avoir sortit les grands sabots pour pousser le tieffling à réagir. Il avait une haine des humains d'après ces dires, et les cicatrices sur son visage en témoignait tout autant. Mais savait-il seulement qui était son ennemi ? Consciente de marcher sur des œufs, elle allait devoir prendre le temps de connaître et de comprendre cet homme.

- J'espère aussi que nous pourrons discuter, je ne suis pas très douée pour le combat et je crains fort de me faire raccourcir d'une tête si jamais je venais à essayer. C'est curieux Mabrouk, lorsque j'ai parlé du continent tu n'as pas réagit pourtant si tu as une haine si profonde des humains tu devrais le connaître. Ici à Clavinia, tu ne risques rien de la part des humains, dehors vivent ensemble des humains, des centaures, des tiefflings, des loups-garous et des vampires, quoique pour ces derniers, mieux vaut éviter de les laisser ensemble, ça finit toujours en dispute de couple. J'aimerai connaître ton histoire Mabrouk afin de t'aider à comprendre les humains d'ici, et leurs objectifs. J'ai moi-même été victime des humains et des anges. Et je peux dire avec conviction que les amalgames sont parfois dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmaël Ancon



Messages : 10

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Lun 3 Nov - 21:29

Mabrouk, une référence canine plus qu'évidente pour chacun, exception faite de Garmaël bien évidemment. Mais ce nom était bien inspiré, après tout, le Tieffling était bien semblable à un chien battu, pelé et misérable qui, n'ayant connu que violence et tristesse. Ne saurait comment réagir autrement qu'en essayant de mordre la main amène tendue vers lui pour le caresser. Ainsi Mabrouk il devenait aux yeux de Dany et Mabrouk il était voué à demeurer.
Dany lui expliqua que cette île était un havre de paix pour toutes les espèces pourchassées partout ailleurs par les humains. Cette idée semblait tout à fait saugrenue, jamais ses maîtres ne l'avaient instruit d'un tel endroit existant sur terre.

Mais une autre phrase attira l'attention de Garmaël et il eut bien du mal à réprimer un sourire satisfait, car tout se passait à présent comme il l'avait prévu. Mais toute envie de sourire s'évanouit, en cinq années il n'avait jamais eu l'occasion d'évoquer les tourments de son existence auprès de qui que se soit. Avec lenteur il quitta son tabouret pour se rendre a proximité d'une fenêtre pour contempler un instant l'extérieur, et s'assurer que tous les humains qui accompagnaient Dany pourraient voir le Tieffling qu'il était.

Puis il s'éloigna de la fenêtre pour éviter qu'on ne le prenne pour cible et revint près de la table. Là, il commença son récit.

"Mon histoire... Je viens d'une petite communauté sur une île volcanique, nous vivions en autarcie complète. À tel point que je ne saurais la placer sur une carte. L'île nous fournissait un abris et assez de gibier pour vivre.
Nous avions poussé les arts de notre peuple à leur paroxysme. Mais les hommes et les anges nous ont trouvés. Les hommes trempent leurs armes dans le sang des anges pour les rendre plus redoutables encore.
Nous nous sommes battus pour défendre notre peuple mais ils étaient bien plus armés et leur technologie surpassait de bien trop loin la notre.
"Les hommes ne font pas de prisonniers" Me répétaient mes maîtres.
Cette fois fit exception.
"les humains nous haïssent autant qu'ils nous craignent, car ils sont lents et gauches" Un autre adage des anciens, et ils ont finit par craindre les anges, ils ont alors capturés les miens pour étudier les propriétés de notre sang. Je suis devenu leur prisonnier pendant si longtemps que je perdais toute notion du temps qui passait au dehors. Sans nous donner plus d'explication, ils nous ont chargé sur un navire et forcé à ramer jusqu'à l'épuisement. J'ai finalement perdu connaissance pour me réveiller à terre dans la plus grande ville que je n'avais jamais vu. J'ai alors couru le plus loin que je le pus pour arriver ici.


Son récit terminé, il s'affala de nouveau sur son tabouret et plongea son regard dans les yeux de Dany.

"Voila l'histoire de Mabrouk, Alima. À présent je suis curieux de savoir comment tu comptes me venir en aide."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dany



Messages : 47

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Dim 16 Nov - 11:22

Dany vit que le tieffling bien que dans sa demeure demeurait prudent,alors qu'il s'éloignait assez vite de la fenêtre. Il devait être observateur pour avoir repérer l'individu à l'arc. Alors Mabrouk raconta son histoire, une histoire que Dany ne connaissait que trop bien, parce qu'elle était la sienne, mais aussi celle de nombreux Claviniens. Dans les bars, sur les navires pirates, du haut de la cité jusque dans les bas-fonds, cette histoire parcourait les rues, s'engouffrait dans les chaumières, s'arrêtait aux marchés. La cité respirait la haine du continent, peuple de l'intolérance cherchant à convertir par n'importe quels moyens les gens à leur idéaux, brisant ceux qui refusent de s'y plier. Éliminant ceux qui les effraient.

Bien qu'elle ne voulu pas le faire paraître sur son visage, il était difficile pour Dany de contenir la nostalgie que lui rappelait son hôte. La séparation avec ses parents, la fuite d'îles en îles afin de ne pas croiser d'anges et de gens du continent, mais elle n'était pas dupe, elle savait qu'il fallait se préparer car l'île ne resterait pas éternellement cachée. Elle regarda l'ermite avec beaucoup d'empathie.

- Je compatis à ton désespoir, mais saches qu'ici il est commun et que tiefflings, comme vampires, loups-garous, et autres centaures, beaucoup partagent ton histoire d'une façon ou d'une autre. Une grande partie des habitants de l'île même les humains, sont ce que le continent a rejeté. Le continent, c'est ce qui t'as enlevé à ton île, c'est ce qui fait l'apologie de la science et de l'humanité, les anges ne sont que des pions, qui pensent pouvoir contrôler la fourberie du continent. Loin de moi l'idée de dire que j'ai vécu pire, mais j'ai du fuir d'île en île jusqu'à atterrir ici. Cette grande île de Clavinia est notre salut à nous humanoïdes, c'est d'ici et en particulier de la ville du même nom, Clavinia que les navires pirates s'élancent à l'assaut des convois du continent.

Tu me demandes comment puis-je te venir en aide ? Je sens en toi bouillir cette rage, tu en veux comme la plupart d'entre-nous aux anges et aux humains je suppose. Je ne vais pas vraiment te venir en aide, juste te montrer le chemin. Je connais beaucoup de gens dans la grande cité a qui je peux te présenter, notamment quelques communautés tiefflings, tu pourras en apprendre beaucoup plus sur ceux qui t'ont fait souffrir, toi et tes proches.

J'aimerais que tu m'accompagnes dans l'immensité de la ville et que tu côtoies tous ces gens pour te sociabiliser. Cependant n'en veut pas aux humains ici, tout ceux qui sont ici ne tolèrent pas nos ennemis, et sont donc nos alliés. Ils nous aideront à venir à bout du continent pour que cesse ces horreurs, même les humains. Bien que certains soient là aussi pour l'argent, la gloire et les femmes, et bien nous les utiliserons à notre avantage, même si nous devons les manipuler.

Mais je ne peux laisser un frère tieffling mourir seul dans une pauvre cabane de bric et de broc. Je te propose donc de m'accompagner à Clavinia.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmaël Ancon



Messages : 10

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Dim 16 Nov - 14:31

Dans les yeux de Dany, on pouvait lire les traces d'une vie dure et violente comme celle de Garmaël. Mais il y avait une grande différence entre les deux Tiefflings une différence que visiblement, elle avait manqué de voir mais qui devenait à présent flagrante car l'évocation de la cause et de la condition des leurs, une flamme avait éclairé les prunelles de la fille de l'enfer. Cette même flamme qui luisait dans son oeil le jour où il avait poussé ses frère dans une bataille perdue d'avance. Jeunesse et naïveté en étaient le combustible et comme tout feu, plus brillante et la lueur, le moins longtemps elle brûle.
Chez Garmaël le regard n'était plus que cendres refroidies par la cruauté du gouvernement. Contrairement à ce que Dany pouvait penser, il n'y avait ni rage, ni haine dans le coeur de Garmaël, le peuple Tieffling n'en avait jamais fait leur spécialité, et il n'en avait plus la force, il se contentait de craindre les humains, et quoi que puisse en dire Alima, même si toutes ces belles paroles sur Clavinia étaient pure vérité, même si elle avait une explication logique sur la façon dont un prisonnier d'un centre de recherche du gouvernement perd conscience à bord d'une galère et se retrouve sur la dernière île secrète libre de ce monde. Il savait que contre le pouvoir levé par le humains et les anges, il n'y aurait jamais de victoire possible.

Avec un sourire amusé, il continua de fixer les iris violets de sa semblable.

"Tu n'es pas très honnête avec moi Alima, tu dis ne pas aimer le combat, mais je vois dans tes yeux que tu es une guerrière, tout comme je l'ai été. Mais j'ai quitté le combat quand j'ai compris qu'on ne pouvait pas vaincre ce que tu appelles "le continent", on peut simplement essayer de leur échapper le plus longtemps possible.

Cependant... Il est clair que je ne peux pas rester ici maintenant que je suis découvert, et je suis curieux d'explorer cette ville, alors, peut-être prendrai-je le risque de te suivre...

Ce qui amène à la plus importante de toute les questions."


Ajouta-t-il avec une pointe de mystère, laissant son regard dériver de celui de Danyka vers l'ensemble de planches véreuses clouées en guise de porte à la chaumière. La désignant d'un geste du menton.

"Comment vas-tu convaincre tes amis de renoncer à la récompense fixée par les villageois et me laisser partir tranquillement vers Clavinia? Ne crois-tu pas qu'après t'avoir vu t'entretenir si longuement avec moi? Un même membre de ton espèce, leur confiance en toi s'en verra... amoindrie?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dany



Messages : 47

MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   Lun 17 Nov - 13:12

La flamme semblait avoir quitté Marbrouk, peut-être avait-il vu des combats trop violents, peut-être avait-il déjà perdu trop d'être cher ou bien était-ce les expériences du continent. Il y a bien longtemps que le tieffling semblait avoir abandonné, mais Dany se faisait pour mission de lui redonner la foi, car après tout ils partageaient le sang de la même race.

Dany sourit toutefois en voyant le robuste guerrier et sa hache prononcer ces premières paroles avant d'argumenter pour tenter de le convaincre au moins en partie.

- Il est vrai que l'honnêteté n'est pas ma première qualité, mais c'est bien la vérité malheureusement je ne suis pas très douée pour le combat physique. De là aussi vient peut-être votre résignation Mabrouk. Lutter avec des épées et des arcs contre le continent ne servira à rien, même avec des vampires et des loups-garous. Mais nous pouvons utiliser nos cerveaux, nos espions, et rattraper notre retard sur la technologie du continent. Semer la discorde, apprendre ce que le gouvernement raconte aux gens du continent sur notre propos. Nous avons déjà quelques représentants humains qui n'ont pas voulu suivre la voie du continent et qui se trouve sur cette île. De plus les seigneurs pirates constituent un protectorat et une force importante, ce sont plus ou moins eux qui dirige l'île. Ils sont au nombre de quatre, je t'expliquerai ça en route.

Comme tu l'as si bien évoqué, tu ne peux plus rester ici, mais je t'apprendrais tous les codes de la cité et peut-être rencontreras-tu mes frères si tu prouves ta valeur. Allons-y, prend tes affaires et nous partons.

Pour ce qui est de mes employés, aucun problème, j'ai quelques petites pierres dans ma poche dit Dany, en frappant à l'endroit où se trouvait son cœur. Et au cas où, ils savent que j'ai trop de gens derrière moi pour me tuer. De plus cette conversation m'a permis de réfléchir à un stratagème pour les gens du village, je devrais tout de même toucher la récompense.

Allons-y, Angus Farson nous attends, je pense savoir où il se cache plus ou moins, peut-être se nom vous évoque-t-il à présent quelque chose. C'est un homme bizarre, faisant des expériences dans une espèce de grotte m'a-t-on dit, vous verriez un tel endroit par ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La bête & l"ingénieur [PV Garmaël- 1 mois après le mal noir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maitre ingénieur.
» Dronilan-Nain ingénieur
» Liste d'armée d'Ingénieur
» De l'intéret pour le maître ingénieur
» canon et ingénieur nains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie ::  :: Campagne Clavinienne-
Sauter vers:  
Google