AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Océan de Larose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Océan de Larose

avatar

Messages : 27
Age : 23

MessageSujet: Océan de Larose   Jeu 5 Juin - 20:59

Prénom : Océan
Nom (optionnel) : de Larose
Surnom(s) (optionnel) :
Sexe : Masculin
Race : Humain
Age : 41 ans

Profession : Plus vraiment maintenant, mais on pourrait dire ingénieur



Apparence physique

Océan est désormais un homme d’âge mûr, ayant dépassé d’une année la quarantaine. De taille moyenne du haut de son mètre soixante-seize, il paraît mince et anguleux et possède une démarche quelque peu rigide. Son visage carré reste tout de même assez bien conservé, sa peau est légèrement tannée par le soleil, ses cheveux courts et brins sont coiffés en arrière, dégarnissant son front lisse qui surplombe d’épais sourcille marquant ses yeux d’un vert d’émeraude. De larges cernes les décorent en général, séparées par son nez droit tombant vers ses lèvres fines ayant bien souvent une expression maussade ces derniers temps. Son menton est assez large, faisant paraître ses joues plus creuses qu’elles ne le sont déjà.

Rasé de près, Océan a conservé des habits élégants dignes de son rang lorsqu’il a entrepris son voyage vers Clavinia. En pantalon noir et chemise blanche de qualité, il porte, par-dessus, un gilet sombre sans manche et, au bout d’une chainette d’argent accrochée à sa ceinture, une montre à gousset qu’il laisse dans sa poche sans véritablement la montrer à quiconque, de par le souvenir douloureux qui se trouve à l’intérieur.



Caractère et défauts

Océan est un homme à la curiosité incroyable, il cherche toujours à savoir le pourquoi du comment de tout. Il est capable de travailler sans relâche, utilisant son intellect brillant, pendant des heures pour venir à bout d’un problème. Cependant, il peut tout autant être assez dissipé et s’enfoncer dans les méandres du monde de son esprit lorsqu’il n’est pas penché sur un sujet d’études. Il est vrai que la science a pris une part extrêmement importante dans la vie de cet homme, c’est même peut-être ce qui le caractérise. Bien entendu, il entretient une prédilection pour certains domaines, laissant en général de côté l’étude du vivant pour se focaliser sur des phénomènes physiques, rattachés généralement à l’étude des corps célestes et des différents phénomènes marins. Il n’en reste pas moins attaché à la thermodynamique et à l’étude plus concrète d’engins mécaniques.

Le personnage paraît facilement maussade, froid et distant, d'aucuns diraient, avec une certaine légitimité, que cela provient de son histoire. Il est silencieux ne cherche pas vraiment le contacte avec l’extérieur, mais fait preuve d’une certaine compassion et d’une gentillesse plus fortes que lui. Bien que poussé sur la tristesse, il en reste un homme d’un naturel bon qui, sans chercher à toujours aider son prochain, ne peut guère supporter de faire du mal à quelqu’un d’autre.



Histoire

La lune illuminait la cabine désordonnée par la fenêtre. Les rayons bleutés plongeaient sur le spectre d’un homme à demi nu assis sur un lit défait. Il tenait sa tête entre ses mains et respirait bruyamment. Il finit par se lever et enfiler négligemment une chemise pour allumer une chandelle bientôt fondu en attrapant un bouquin posé proche de son lit. Il n’avait plus fait une nuit complète depuis le début de son voyage semblait-il, le monde des rêves était devenu celui des peurs et des pleurs. Mais dans ses tristes heures, il existait encore des choses capables d’accaparer son esprit loin de sa douleur, des choses qui, paradoxalement, l’avaient provoqué. Les sciences restaient une échappatoire, un lieu de pures logiques où le monde se dévoilait sous toutes ses coutures, que ce soit dans l’infiniment petit ou l’infiniment grand. Il n’y avait pas de drame dans la thermodynamique, il n’y avait pas de souffrance dans l’étude des corps célestes, pas de sang dans les réactions de chimie organique.

Pourtant, cette nuit-là semblait différente. À peine eut-il lu quelques lignes de son traité sur les principales transformations thermodynamiques –qu’il trouvait bien incomplet, il aurait aimé rappeler deux ou trois petites choses à son auteur soi-disant passant- que son esprit s’en retourna dans les flots tumultueux de sa mémoire. Il était promis à un grand avenir, enfin, plus que la moyenne en tout cas. D’ascendance de l’ancienne noblesse du Continent ayant su s’élever vers la nouvelle lors de la restructuration de la société du Gouvernement, il avait joui d’une bonne éducation et d’un milieu de vie sain et à l’abri du besoin. Il s’était passé peu de chose de notable durant sa monotone enfance, il était un travailleur studieux et son intellect faisait déjà la fierté de ses géniteurs, il n’avait pas eu de frère ou de sœur pouvant provoquer une catastrophe de même que les employés de sa maison restaient humblement à leur place. Non vraiment, rien qui ne puisse accrocher son attention dans ces années creuses. Enfin, ce fut tout de même durant celles-ci que les étoiles perdues dans un océan noir avaient marquées une sorte de fascination dans son esprit. Ce n’était pas le seul océan à l’attirer d’ailleurs, celui qui se trouvait sur sa planète semblait l’affecter tout autant –un coup du sort dirait certain, étant donné son prénom, Océan-. Peut-être était-ce l’immensité et sa plénitude qu’il aimait finalement ?

Et le long fleuve continuait, rempli d’une inconcevable curiosité et d’une irascible envie de tout savoir, de tout comprendre, d’enfin éclaircir l’éternel « pourquoi ? » qui suit la vie d’un homme. Première roche émergeant du long fleuve tranquille, son doux souvenir apparut dans la mémoire d’Océan. Une image de la perfection, un rayon de divinité devant son regard, le bonheur suprême, ces instants de délices lui apportaient encore de la chaleur au cœur. Il avait alors un peu moins d’une vingtaine d’années, son instructeur avait parlé de son élève prodige à quelques hommes et il avait été invité à un salon où se réunissaient quelques grands esprits. Océan descendait de la calèche qui l’avait mené à bon port lorsque son regard fut happé par l’image même de la beauté. Il savait alors désormais ce que voulait dire le mot simple « amour ». Ce n’était qu’une fugace vision, elle ne l’avait certainement pas vu, mais lui, il s’en souviendrait pour le restant de ses jours.

Il se souvenait vaguement du salon qui l’avait mené en ville, il avait été gratifiant, certes, mais bien moins intéressant que cette femme qu’il avait croisée –il ne lui restait guère plus que quelques discutions houleuses quant à la nature de la lumière en mémoire-. Cependant, il semblait que la vie avait décidément souhaité que la chance soit avec le jeune homme, car en repartant, par une étrange coïncidence, il tomba nez à nez –nez contre nez serait plus juste en fait- avec cette femme. Des yeux bleus, un regard profond et sincère, des cheveux blonds attachés en un chignon, le visage triangulaire aux pommettes relevées et à la peau douce et pâle, plutôt petite et svelte, une poitrine ferme mais légèrement petite, des hanches fines, s’il ne l’avait heurtée, il l’aurait prise pour un rêve. L’alchimie sembla opérer instantanément entre les deux êtres, et la chance jouait encore dans son camp. La jeune femme, Lysandre, était la fille unique d’un industriel, mais pas n’importe lequel, un industriel qui était justement présent au salon où s’était retrouvé Océan. Ce dernier, intéressé par le jeune homme, certainement pour les apports que pourraient lui donner son cerveau, l’invita à passer la soirée chez lui plutôt que de prendre la route de nuit. Lorsque le destin frappe à la porte, autant lui ouvrir et c’est ce qu’Océan fit en acceptant.

Ainsi se déroula une longue chaine d’évènement le portant à ce qu’il était avant ce voyage maudit. Il put faire plus ample connaissance avec l’élue de son cœur, sa famille se rapprocha ostensiblement de celle de l’industriel, le père de Lysandre engagea Océan pour l’aider dans la gestion et l’innovation de son entreprise, et les deux jouvenceaux finirent par se marier. Si belles années ! Mais il avait dû tout gâcher… Océan avait été un étudiant acharné, il se montra un travailleur tout autant acharné, jusqu’au point de monopoliser l’une des machines destinée à frapper le fer pour en faire des vices afin de la démonter et de la remonter pour en comprendre le fonctionnement et essayer de l’améliorer. Mais bien vite, sa vorace curiosité reprit le dessus sur sa personnalité. Alors que le père de Lysandre était mourant, laissant la plupart du travail à Océan, celui-ci y vit une opportunité de financement incroyable pour mener ses propres expériences sur une machine constituée de miroirs qui permettrait de grossir bien plus qu’une simple lunette ainsi que sr des travaux quant au marrés et aux phénomènes météorologiques qu’il essayait de mener. C’était là sa soif de comprendre, sa soif de savoir… Jamais il n’aurait cru que c’eut pu affecter sa famille naissante. En fait, si… Il détournait des fonds de l’entreprise pour ses besoins personnels, il savait que ce pourrait être dangereux. Chaque fois, il se disait que ce serait la dernière, et il eut bien failli ne plus recommencer quand il apprit que sa femme était en sainte. Mais il recommença, une fois de trop.

Ses détournements répétés attirèrent immanquablement le regard des investisseurs, et l’un d’entre eux, présumait-il, car, en vérité, il ne savait pas véritablement d’où venaient les menaces, n’était pas du genre à se laisser flouer. Peut-être était-ce le Gouvernement, un notable supérieur voulant profiter de l’aubaine pour s’accaparer des richesses, qui sait… En tout cas, Océan finit par recevoir des menaces qu’il prit au sérieux lorsqu’une employée de sa maison fut retrouvée morte. Il essaya alors de faire son possible pour que les représailles n’aillent plus loin mais l’ombre qui menait l’affaire ne semblait vouloir la lâcher. Voyant les choses empirer, sentant le couteau sous sa gorge et comprenant enfin que ce que voulait son maitre chanteur, c’était la succession de l’industrie avant d’en finir avec s victime, Océan commença par envoyer sa femme dans une propriété de campagne, espérant la protéger en l’éloignant le temps qu’il déniche un voyage discret pour une destination la plus lointaine possible. La tache lui était rendue plus ardue encore par l’état de son amour, elle arrivait bientôt au terme de son huitième mois de grossesse et Océan cherchait alors quelque chose d’assez bonne qualité pour ne pas porter atteinte à la santé de sa femme.

Il finit par trouver, mais c’était déjà trop tard. Il rejoignit sa propriété de campagne pour rassembler femme et affaire, mais il trouva des hommes devant la porte qui le forcèrent à rentrer, le plaçant devant le regard larmoyant de son aimée tenue en joue par un grand homme au visage masqué. Celui-ci tendit de l’autre main un papier à signer, le message était clair, il mourra de toute manière, mais sa signature laissera vivre son enfant. Sans réfléchir, il signa alors et le coup de feu survint.

Sauf que…

Sauf que lui, il était en vie. Les trois hommes en noir partirent, le laissant seul, désemparé, devant le cadavre de celle qu’il avait aimée. Peu de temps après le départ de chevaux dans l’allée, alors qu’il pleurait à genoux, une puissante déflagration survint, le plongeant dans le noir complet. Il se réveilla dans la nuit, sa chance, si l’on peut l’appeler ainsi, était de retour, une poutre soutenait les débris de sa maison au-dessus de lui et lui avait accordé la vie. Les criminels avaient certainement voulu effacer toute preuve de la manière la plus simple qui soit, mais pas assez efficacement apparemment.

Voilà comment le pauvre Océan se retrouvait à bord de ce maudit navire pendant cette triste nuit, seul et empli de remords. Il essuya ses joues, des larmes avaient quitté ses yeux avec le reflux de ces tristes évènements. Océan éteignit les bougies, claqua son livre, et chercha de quoi se vêtir correctement. Dehors, le soleil se levait sur une nouvelle terre.



Points de compétences :
5 niveaux de compétences à répartir (6 pour les humains)
Déchiffrage : 3
Investigation : 1
Érudit : 1

Bricolage : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel's Dream
Admin
avatar

Messages : 302

MessageSujet: Re: Océan de Larose   Ven 6 Juin - 18:16

Voila une fiche très bien écrite et un personnage très complet.
Personnellement vu ta description, j'aurai d'avantage mis de points dans la branche bricolage, mais après j'imagine que tu les augmenteras avec les prochaines distributions.

J'espère que tu t'amuseras parmis nous!
N'hésite pas à demander des partenaires si tu en as besoin ici où à en demander un sur la chat box ^.^

Bon jeu à toi et à très bientôt dans tes aventures!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maynliev2.jdrforum.com
Océan de Larose

avatar

Messages : 27
Age : 23

MessageSujet: Re: Océan de Larose   Ven 6 Juin - 18:56

Merci beaucoup ! Il est vrai que j'ai beaucoup hésité en attribuant mes points de compétence, et j'ai préféré privilégié la branche connaissance, mais mes prochains points sont bel et bien réservés au bricolage.

Encore merci en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Océan de Larose   

Revenir en haut Aller en bas
 
Océan de Larose
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Registre des baptêmes et mariages de Bourg
» Semaine du 17 avril
» Voyage à Bordeaux
» Las Vegas en juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie ::  :: Registre :: Fiches Validées-
Sauter vers:  
Google