AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Aventure : Epidémie] : Le convois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marionnettiste
MJ
avatar

Messages : 153

MessageSujet: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Ven 24 Jan - 18:02

Alors que le soleil se couchait peu à peu à l'horizon de la campagne Clavinienne, un vieil homme barbu, monté sur un cheval noir, s'approchait de la sortie Ouest de la cité pirate. Directement sorti de la ville, il posa pied à terre, et jaugea sa monture avec un certain mépris, essayant de se remettre d'une certaine nausée qui l'avait envahi tout le long de son trajet jusqu'en ces lieux.



" Je me demande comment fait le capitaine pour réussir à tenir sur les bestioles de ton genre sans gerber... Moi j'préfère de loin le plancher d'un bon gros navire !... tsss."

Il donna malgré tout une caresse affectueuse sur le nez du cheval et attacha ce dernier au poteau d'une clôture. Il s'adossa ensuite contre cette dernière avant d'allumer une pipe, semblant attendre patiemment l'arrivée d'autres comparses.

En effet, après quelques minutes, deux charrettes renforcées de métal et tirées chacune par un bœuf, ainsi que leurs conducteurs firent leur apparition à la sortie de la ville, s'arrêtant directement en face de l'homme à la pipe et au canasson.

Smith s'avança alors pour les accueillir et les apostropha de sa voix bourrue.




" Ôla les jeunes ! C'est vous les deux gars dont m'a parlé Pal tout à l'heure ? "

Le premier, un homme d'une vingtaine d'année, boule à zéro, visage fin et mal rasé, pantalon blanc et gilet de cuir, prit alors la parole, tout en serrant la main à Smith.

" Oui m'sieur ! Matelot Tégaronn pour vous servir. C'est vous le capitaine Valentine ?"

" Pas vraiment non... Mais il ne devrait pas tarder à arriver. Moi c'est Smith, le second du capitaine. Je ne suis là que pour m'assurer que tout ce que j'ai demandé est okay et vous souhaiter bonne route ! "

Le deuxième homme, pas plus vieux que son comparse, cheveux noirs en bataille, chapeau de paille vissé sur la tête, visage glabre, et tenue composée d'un simple pantacourt beige et d'une ceinture rouge, prit à son tour la parole, tout en lisant une liste sur un petit papier chiffonné.

" Matelot Tary, enchanté... Alors... On a pris soin de charger quelques pots de fleurs, du petit matériel de jardinage... binettes, griffes, tout ça... Deux tonneaux d'eau douce, des victuailles qui pourront tenir trois jours en rationnant... Mais on a plutôt prévu de récolter sur place la nourriture pour tout le monde. C'est pas notre rôle de chercher la plante, et on a ordre de ne pas s'éterniser... ça devrait le faire vous inquiétez pas.

Ah ! Et on a pris également de quoi monter un petit campement. Tentes, couvertures, etc.

Il ne manque rien ? "


Smith qui avait écouté attentivement le petit inventaire, les bras croisés, et l'allure autoritaire, répondit alors l'air satisfait.

" Moi y'a rien qui me choque pour le moment... Pour ce qui concerne les détails du trajet et de ce que vous cherchez, 'faudra voir ça avec le Capitaine.

Y'a plus qu'à attendre que la troupe arrive et vous pourrez y aller je pense ! Va pas falloir qu'ils traînent trop non plus... la côte ouest, c'est pas à côté ! "






Citation :
Vous avez jusqu'au Mardi 4 février, jusqu'à minuit dernier carat, pour poster votre arrivée.

Pensez à consulter les règles du RP en aventure, qui ont été revues récemment et qu'il est important que vous ayez en tête : http://maynliev2.jdrforum.com/t181-4-regles-du-rp-en-aventure#1252
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morrigan

avatar

Messages : 190
Age : 29

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Sam 25 Jan - 14:44

Morrigan n'arriva pas la première ; et pour cause, la demoiselle était légèrement chargée et la sortie ouest n'était pas tout à fait près de sa boutique. Et puis, la notion de "tombée de la nuit" l'avait un peu perturbée. Devait-elle être présente dès que les rayons du soleil commençaient à se faire bas, ou alors quand l'astre se cachait véritablement ? Aussi décida-t-elle qu'elle partirait de chez elle lorsque la luminosité commencerait à sérieusement baisser, quitte à n'arriver qu'une fois le soleil couché au lieu du rendez-vous. Ce n'était pas comme s'ils allaient partir sans elle, n'est-ce pas ?

Dans une tenue qui ne lui était guère habituelle, mais qui lui permettrait une grande aisance de mouvements, elle arriva donc à pied, une valise à chaque bras ; une contenant ses affaires personnelles, l'autre pleine de choses et d'autres pouvant être utiles durant le voyage. Ainsi elle avait réuni aiguilles et fils pour raccommoder vêtements et plaies (ce n'était évidemment pas les mêmes types d'aiguilles et de fils pour les deux usages), papiers et fusains pour écrire, bandes de tissus, livre de "médecine", sachets de plantes à infuser (pour tisanes et petits maux),...
Si la jeune femme ne fut pas la première, elle était cependant loin d'être la dernière. Dans le soleil couchant, elle ne reconnut pas les silhouettes, mais elle compta sans trop de peine trois hommes et autant d'animaux.

" Bonsoir ! " lança-t-elle à la cantonade, signalant par la même sa présence. Lorsqu'elle fut à portée de vue, elle sourit à Smith et se présenta aux deux autres individus, délaissant une de ses valises pour leur serrer tour à tour la main.

Elle avisa alors que les chariots devant lesquels se trouvait tout ce petit monde étaient pleins. Et dans la main du matelot Tary, un morceau de papier sur lequel étaient griffonnés de nombreux mots.
" Puis-je jeter un œil à votre liste ? "
Une fois "armée" de ce papier, elle agrippa le rebord de la première charrette et y prenant appui, elle grimpa et se colla contre la paroi pour observer le contenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn Valentine
Kamikaze
avatar

Messages : 136

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Sam 25 Jan - 16:11

Le soleil n'avait pas encore totalement disparu derrière la ligne d'horizon que Slayn fit à son tour son apparition auprès du petit groupe de trois personnes qui s'étaient formé. Vêtu d'une tenue qui était désormais devenue parfaitement reconnaissable chez lui, il était arrivé à pied, col relevé contre le bas de son visage, chapeau vissé sur la tête et arborant un étrange masque qu'il avait trouvé bien plus efficace que de simples lunettes pour se promener sous les derniers rayons du jour.

Smith avait été chercher les chariots auprès de Pal, et avait même pensé à lui dégotter un cheval comme il l'avait demandé. Ce dernier était d'ailleurs en pleine discussion avec les deux autres hommes que lui avait fourni le capitaine minotaure, chargé de conduire les chariot, et très vraisemblablement de surveiller son groupe... A voir, suivant la tournure des évènements, si ces derniers feront parti du cotât de pertes de l'expédition ou non. Les deux gars ne semblaient pas être de mauvais bougres à première vue...

Il salua donc ces derniers avec politesse, et se dirigea directement vers son seconds, a côté de qui se trouvait un robuste étalon noir, qu'il salua également d'une caresse sur le nez.

Il demanda rapidement à Smith si tout était en ordre, et ce dernier lui répondit que oui. Mais trop impatient qu'il était d'essayer son nouveau jouer, il s'empressa de bien vite détacher le canasson.

A ce qu'il voyait, Smith n'était pas très à l'aise avec ce genre de bestiole, et ne put s'empêcher de lui faire quelques recommandation. A raison d'ailleurs... il ne l'avait jamais vu à cheval, et pour cause :


" Ah ah ! Ça fait bien deux siècles que je ne suis pas monté sur un bourrin ! Mais ne t'inquiète pas... c'est comme le vélo, c'est pas le genre de truc qu'on oublie facilement ! "

Sur ces mots, il monte en selle, et après quelques petites hésitation du cavalier tout comme de la monture, et une petite caracole nerveuse, Slayn parvint à reprendre fermement les rênes en main et à faire trotter l'animal tout autour des chariot.

Un très bon début, mais l'adrénaline porte conseil, et c'est dans cet état d'esprit, que le vampire donna alors un coup d'étrillé contre le flanc de son cheval, ponctué d'un traditionnel "Yah !" , pour le faire partir au galop. Smith ne pu que constater d'un air blasé, son capitaine disparaitre avec sa monture, pour un petit tour d'échauffement... Ce n'était pas vraiment le moment pour s'adonner à ce genre d'imbécilité...

Quand Slayn revint, Le soleil avait totalement disparu, et le jour commençait à sérieusement baisser. Les matelots Tégaronn et Tary avaient d'ailleurs pris soin de monter les bâches, et d'allumer les lanternes de leurs véhicules afin de pouvoir y voir plus clair.

Morrigan était d'ailleurs arrivée, dans une tenue d'aventurière qui lui allait à ravir. Afin de saluer cette dernière, il mit pied à terre avant d'arriver en sa direction, tenant sa monture par les rênes.


" Salut Carter ! Heureux de constater que tu es ponctuelle ! Et je trouve que cette tenue te sied beaucoup mieux que les prudes vêtements dont tu es coutumière ! "

Il était à présent juste en face d'elle, et sans aucune gêne mêlé d'une assurance incroyable, il attrapa la jeune blonde, a l'aide de sa main libre qu'il enroula contre sa taille, cela afin de la coller contre lui.

Lui adressant son regard pourpre hypnotique, et un sourire en coin ravageur, il ajouta avec un cynisme qui annonçait clairement son mépris des conséquences de son geste... Quelles qu'elles soient.


" N'as tu donc jamais rêvée d'abandonner ta vie calme et rangée pour partir à l'aventure ? Suivre un homme que tu connais à peine afin de gouter au frisson de l'inconnu ? "

_________________
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morrigan

avatar

Messages : 190
Age : 29

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Sam 1 Fév - 10:42

Elle avait terminé de passer en revue le contenu du premier chariot quand elle entendit les sabots d'un cheval qui se rapprochait. Il ne venait cependant pas de la ville mais bien de l'extérieur de celle-ci. A sa croupe, elle ne discerna pas de qui il s'agissait, tant l'individu était couvert mais également parce que la pénombre l'environnant alors en occultait les détails. Il fallut que la monture et son cavalier arrivent à proximité des carrioles pour qu'elle identifie le second. Il s'agissait de Slayn. Il arborait un curieux masque lui barrant la moitié du visage. Il ne l'enleva qu'une fois dans la lumière des lanternes et la salua alors en s'approchant.

Prudes ? D'où ses tenues étaient prudes ? C'était bien la première fois qu'elle entendait cela. Et pour une commerçante travaillant dans le domaine vestimentaire, elle connaissait bien ce que "prude" signifiait. Certes, sa robe ici lui arrivait plutôt aux genoux qu'au raz du sol comme à l'accoutumée mais c'était bien là la seule différence notable dans la coupe qui pourrait la faire passer d'une tenue "prude" à une tenue "de voyage". En dessous de sa robe, elle n'en avait pas moins mis des collants opaques et des bottes hautes, bien moins mignonnettes à son goût que ses bottines lacées à talons. Point de décolleté non plus car elle craignait les coups de soleil qu'un voyage en extérieur pourrait lui causer sur la poitrine. Seuls ses bras étaient véritablement nus.
Enfin, cette première surprise passait, une seconde ne tarda pas à venir ne lui laissant pas le temps de répondre quoi que ce soit. Écarquillant les yeux, elle ne put que se laisser enlacer et serrer contre le vampire.

Mais à l'entente des mots qu'il prononça, elle retrouva sa vigueur, verbale tout du moins.

" J'ai pas besoin d'un bonhomme pour aller vers l'inconnu ! " dit-elle en fronçant les sourcils, défiant le regard qui lui était destiné. Sans s'emporter réellement, sa voix se fit plus ferme, loin des atours gracieux dont on était habitué avec elle : " Je ne serais pas venue jusqu'à Clavinia toute seule sinon. Si j'avais voulu d'une vie calme et sans prise de risques, je serais restée chez mes parents jusqu'à mon mariage arrangé avec le fils d'un autre commerçant puis j'aurais été une Madame qui reste à son foyer pour élever ses gosses, selon les bons désirs de son Monsieur."
Morrigan acheva sa phrase presque à bout de souffle. Non, elle n'avait pas voulu suivre ce schéma classique et simple. Elle s'était lancée un défi, soutenue par sa mère qui espérait beaucoup plus pour sa fille qu'une vie similaire à la sienne.

" Voilà ce qu'est une vie calme et rangée pour une femme, monsieur Valentine. Or je suis une femme seule dans une ville pleine d'étrangetés. C'est déjà une aventure pour moi. " termina-t-elle calmement.
Son visage juvénile avait retrouvé sa sérénité habituelle et un sourire naturel accompagna les derniers mots de la jeune femme : " Maintenant lâchez-moi, s'il vous plait. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymar

avatar

Messages : 28
Age : 33

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Mar 4 Fév - 22:16

Le stress de la journée étant peu à peu retombé, Aymar fut rattrapé par la fatigue induite par sa maladie. Il lui semblait même que la tâche sur son bras s'était étendu. Était-ce la réalité ou s'en était-il convaincu à force de la fixer ? Personne ne le savait ! Et pour cause, puisqu'il n'avait encore parlé de son état à quiconque, de peur de d'être traité comme un pestiféré.
Mais l'heure n'était pas à la crainte, mais à l'action ! Il tenait peut être une piste sérieuse pour remédier à son état et il ne comptait pas la laisser refroidir. Quit à passer ses dernières heures à ramasser des herbes pour l'infusion de la dernière favorite de l'un des grands pirates, on ne pourra pas dire qu'il n'avait pas tout tenter !

Le centaure s'empara d'une solide sacoche en cuir, dans laquelle il rangea soigneusement tout son nécessaire d'apprenti herboriste. Ainsi, que quelques couteaux de lancer pris dans l’arsenal des mercenaires chez lesquels il logeait.
Sur le point de partir, il enfila une tunique propre, ainsi qu'une redingote en toile huilée et il replaça son habituelle ceinture à aumônières. Le temps de saisir une cape de voyage, un sac en toile informe, ainsi qu'un bâton de marche noueux et il prit la route vers le point de rendez-vous.

Le soleil avait déjà été englouti par l'horizon quand l'Humanoïde aperçut le reste du groupe. Apparemment, il n'était pas le dernier, ce qui l'arrangeait bien. Avec un peu de chance, il aurait le temps de reprendre son souffle avant le grand départ.

En étudiant la scène qui s'offrait à ses yeux cernés, il ne put s'empêcher de hausser les sourcils. Le Capitaine, qui faisait tant parler de lui ces derniers temps, était en train d'enlacer sa seconde.
Voilà qui promettait un "charmant" voyage, si ces deux là étaient incapable de se tenir en public. Une attitude qui choqua doublement le jeune Ayling, pour qui les affaires privées devaient le rester, puisqu'il s'était toujours entendu dire qu'on ne jouait pas avec sa nourriture.

Arrivé à porter de voix, il se racla discrètement - mais pas trop - la gorge et prit la parole :

" Bonsoir ! Méric n'est pas encore arrivé ? " demanda-t-il en déposant son grand sac dans l'une des charrues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn Valentine
Kamikaze
avatar

Messages : 136

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Mer 5 Fév - 17:18

[H.J : Avec l'accord du Staff, je conclus cette conversation pour permettre à Mario de poster derrière.]

Le vampire ne s'attendait pas à une telle vigueur retrouvée, de la part d'une demoiselle qui lui apparaissait plutôt, jusque là, comme plutôt douce et gentille. On était bien loin de la petite blondinette prise en grosse panique et au bord des larmes la première fois qu'il l'avait vu... Mais cela lui plaisait. Énormément même.

Sa prise se radoucit donc autour de sa taille, sans la relâcher totalement, et il ajouta avec un sourire séducteur.


" Savoir tirer plaisir des petites victoires... c'est une attitude humble que je respecte beaucoup !
Puisque l'aventurière n'est pas encore prête, laissons donc le bonhomme continuer à soupirer d'amour pour le moment ! "


Dit-il en se retirant d'un air amusé, profitant de sa position et de sa force pour la faire tourner sur elle même, comme une danseuse tandis qu'il se retirait avec un sourire mutin pour accueillir le nouvel arrivant.

Il ne s'agissait autre qu'Aymar le centaure, qui ne manqua pas de signaler sa présence, et eut la bonne idée de ramener le vampire hors de ses badinages pour en revenir à la mission. A savoir... qu'il manquait toujours une personne : Méric.

Voyant que la nuit était déjà totalement tombée, Slayn jeta un regard à Smith semblant attendre son avis pour savoir ce qu'il décidait. Ayant sa réponse, il finit par dire avec un certain agacement.


" On attends pas les retardataire... Profitons de la nuit pour avancer rapidement. Ceux qui souhaitent veiller sont les bienvenu, mais tant qu'il n'y aura pas de danger immédiat, je vous conseille de vous installer à l'arrière des charrettes et de vous reposer... Il devrait y avoir assez de place pour toi aussi Aymar.

De jour, je risque de ne plus vous être d'une très grande utilité."

_________________
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnettiste
MJ
avatar

Messages : 153

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Mer 5 Fév - 21:47

Spoiler:
 


C'est en interrompant un bien charmant moment entre Slayn et Morrigan, qu'Aymar fit son apparition. Ce dernier après avoir légèrement rappelé à l'ordre le chef de l'expédition, s'interrogea sur l'absence de l'un des membres de la petite équipe, et non des moindres puisqu'il s'agissait en l'occurrence du médecin du groupe.

Méric avait en effet décidé de pointer aux abonnés absents... Ce dernier avait pourtant probablement arrêté de bouder depuis longtemps à la taverne et était d'ors et déjà prêt à se lancer de plein pied dans l'aventure. Malheureusement, c'était sans compter sur les lois implacables de la destinée cruelle et d'un narrateur particulièrement sadique, qui avaient décidées que les choses ne se passeraient pas aussi simplement.

* Flashback *

Sieur Méric gambadait fièrement dans les ruelles de Clavinia.
Le soir tombait, l'air était pur, et c'était le cœur en joie qu'il se préparait à rejoindre l'équipe Valentine, afin d'aller s'adonner aux joies de la cueillette des fleurs entre amis. Ça avait été jour de marché aujourd'hui, et les rues étaient encore encombrées de marchands et agriculteurs en tout genre venus vendre leurs produits en ville et s'apprêtant à regagner leurs foyers.

Alors qu'il descendait une rue particulièrement pentue, pour rejoindre la sortie Ouest de la ville, un cri retentit derrière lui. Se retournant instantanément, le pauvre médecin ne put que constater la descente infernale d'un chariot rempli de bouses d'animaux et de déchets de toutes sortes, qui fonçait droit sur lui. Le cri d'avertissement qu'il avait reçu était en effet venu de l'un des hommes chargé du ramassage, qui venait d'assister impuissant à la rupture du timon qui maintenait sa chariote à son cheval...

N'écoutant que son courage, Meric prit bien évidement la fuite dans la direction opposée. Vint alors une route perpendiculaire et un mur juste en face... que faire ? Le choix était bien trop difficile ! Et il n'avait certainement pas été préparé à de tels dangers pour une simple mission avec des fleu-fleurs! Il fit alors ce que tout homme saint d'esprit aurait fait à sa place. Il s'accroupit en pleurant, mains sur la tête.

Pendant ce temps le chariot décolla du sol, passa juste au dessus de Méric, et explosa en mille morceaux contre le mur de la maison d'en face. Son contenu bien sûr atterrit en grande majorité sur le médecin, en plus d'un lourd débris de chariot qui lui foula l'épaule.

Voila donc notre ami, incapable de rejoindre le groupe pour le grand départ, et devant faire preuve d'imagination s'il souhaite toujours les rejoindre...


*Fin du flashback*


Il faisait à présent nuit noire à la sortie de la ville, et Smith regardait une montre gousset d'un air bougon. Déjà qu'il n'était pas sûr qu'il soit une bonne idée que de laisser la petite Morrigan seule avec un queutard comme son capitaine... Ajouter à cela un poney... Un homme de science raffiné n'aurait pas été de trop dans cette escapade.

Malheureusement, il n'était plus temps de tergiverser, et il savait que la patience était loin d'être la qualité première du vampire. Ainsi, quand ce dernier lui jeta un regard, il lui fit un "non" de la tête, afin de le décider à plier les gaules. Lui aussi avait des choses à faire.

Valentine fit après coup le choix qui s'imposait : pas de place pour les traînards. Morrigan aida donc Aymar à s'installer dans la première charrette conduite par Tegaronn (et non pas charue... qui était un moyen de transport beaucoup plus aléatoire d'un point de vue vitesse), en faisant de la place, et lui permettant de plier ses jambes pour qu'il soit confortablement installé. Elle s'installa ensuite dans la seconde carriole pilotée par Tary, pendant que Slayn arçonnait sa monture et prit directement la tête du convoi.



Malgré les précautions prises par le vampire, le trajet pour traverser l'île se déroula sans histoire. La lune était pleine, le temps était clair, et aucun bandit ne vint perturber le cheminement du convoi tandis que les heures défilaient.

Le petit groupe arriva bientôt en vu, autant que faire ce peu dans la pénombre ambiante, d'une vaste étendue composée de champs et de pâturages. Au loin brillaient les lumières de quelques habitations, signe que l'endroit était encore relativement civilisé. La route devenait cependant de plus en plus chaotique, tandis que Slayn cherchait à rester au maximum dans l'itinéraire qu'il avait choisi.

Bientôt, s'imposa le célèbre choix dit du professeur Solnetour : " Excusez moi capitaine, mais je crois que vous devriez chercher un peu plus à l'ouest "... Et même si le professeur Solnetour était inconnu des fiers aventuriers de Clavinia, pour atteindre la zone de recherche privilégiée, le groupe se retrouva bien obligé de quitter les sentiers battus pour passer directement à travers champs.

La compagnie finit par faire halte sur une vaste étendue de prés salés. Les feux des rares exploitations agricoles du coin étaient à présent derrière eux, et on pouvait déjà entendre l'écume des vagues frapper la plage et les rochers qui ne devaient plus être très loin. La côte ouest de l'île venait d'être atteinte et décision fut prise de s'arrêter là pour monter un campement et profiter des dernières heures de la nuit pour se reposer.

Tary et Tegaronn avaient tout prévu, et chacun pouvait bénéficier de petites tentes individuelles pour prendre quelques heures de repos bien méritées tandis que les matelots montaient la garde. Malheureusement, personne ne put profiter d'une grasse mâtinée le lendemain ; d'étranges sons de cloches et de bêlements tout proches se faisant entendre à travers la toile des abris de fortune.

Une voix particulièrement fleurie et typique se fit alors entendre.

" Nondidiou d'bondl'à ! ooooooh ! ... Vindju d'vindju ! ... Non mais bonsan d'bonsoi'l !!! "

L'auteur de ce cri n'était autre qu'un fier et vaillant représentant de la population locale.


Venu faire paître ses moutons dans un pré salé -technique, qui comme chacun le sait, donne un gout incomparable à la viande- ce dernier ne s'imaginait probablement pas tomber sur un campement en plein milieu de son champs.

Vociférant et postillonnant à chaque syllabe, le brave homme interpella donc nos aventuriers :


" Nondidiou d'bondiou ! Hôla les pionceurs ! Quoi qu'c'est t' y donc que vous v'là fout' sul mes terres ?

z'allez sortir oui ?! "




A tous :

Voici qu'un grouillot ... un fier et noble paysan, harassé par la tâche, arrive à votre rencontre et ne semble pas très satisfait de vous trouver sur ses terres.

Les matelots qui étaient sensés monter la garde se sont endormis et peinent à se réveiller.

A vous de décider quoi faire. Vous enfuir pris de panique ? Entamer le dialogue ? ou le dérouiller ? à vous de choisir.

Morrigan

Plusieurs moutons sont entrés dans ta tente. L'un deux te regarde d'un air... bovin. Tandis qu'un autre commence à manger ta couverture.

Aymar

C'est ta tente que le paysan ouvre en premier. Il connait l'existence des centaures, mais n'en a jamais rencontré de sa vie. En te voyant il commence à paniquer.

Slayn

Un mouton est entré dans ta tente également. Il fait jour, tu es paisiblement endormi. La brave bête semble s'être prise d'affection pour toi et commence à te lécher amoureusement le visage.








Citation :
Vous avez jusqu'à samedi 15 février jusqu'à minuit pour poster vos réponses et impressions. Sauf si vous postez tous avant cela, auquel cas il sera toujours possible d'avancer les choses et de s'amuser un peu avec le PNJ.

N'oubliez cependant pas que pour toute action belliqueuse à l'encontre d'un personnage non joueur, il y a des règles précises à respecter.

=> http://maynliev2.jdrforum.com/t156-3-regles-de-combat-in-rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morrigan

avatar

Messages : 190
Age : 29

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Dim 9 Fév - 14:10

Le vampire desserra son étreinte tandis qu'elle s'affirmait face à lui, mais il ne la lâcha pas immédiatement. Il s'amusa à prendre le rôle de l'amoureux éconduit. Morrigan doutait franchement qu'il fut sincère et que son cœur de vampire se sentit triste de la voir indépendante. Et après une pirouette, usant de sa force pour la faire tourner sur elle-même et la laisser désormais libre de ses mouvements, il s'intéressa enfin au dernier arrivé : l'homme-cheval du nom d'Aymar.

Ils ne tardèrent pas à se mettre en route ; le dernier attendu n'arriva simplement pas et ils ne pouvaient se permettre de poireauter davantage.
Le chaotis de la charrette l'engourdit alors que la pénombre semblait le seul paysage qu'ils auraient à observer. Rien à voir, rien à faire... la demoiselle sentait ses paupières se clore ; elle luttait comme elle pouvait contre le sommeil qui la guettait.
Au bout d'un moment qu'elle ne sut mesurer, ils firent halte pour se reposer. C'était au beau milieu de nulle part, quelque part près de la mer, d'après le bruit des vagues et l'odeur du sel qui les entouraient. Les tentes furent rapidement montées ; Morrigan se contenta de regarder, à demi-endormie, mais surtout bien incapable d'aider les matelots à cette tâche dont elle ignorait tout de son déroulement.
Elle se glissa dans son antre pour la nuit et s'endormit sans demander son reste.

Le réveil fut brusque ; une apostrophe désagréable les tira tous de leur songe. La petite blonde eut besoin de quelques secondes pour se rappeler où elle se trouvait. Ce furent les courbatures qui l'aidèrent à se souvenir ; ils étaient en voyage, elle avait dormi dans une tente et ils se faisaient réveiller par un gars brayant dans un dialecte difficilement compréhensible.
Battant des paupières, fronçant un sourcil et commençant à s'étirer, la jeune femme se réveilla finalement complètement quand elle réalisa que des bestioles s'étaient aventurées dans son espace. Se retrouver nez à nez avec un ovin au regard vide était un réveil bien efficace. Assisse sur sa paillasse, elle voulut attraper la couverture pour s'en couvrir davantage et... elle ne savait pas encore quoi faire ensuite... Sa main ne rencontra pas le moelleux attendu mais une toison plus chaude et mouvante.

Sa première réaction fut... " Aaaaaah !! "
Puis une fois les neurones remis les uns en connexion avec les autres, son cri se joignit à une gestuelle plus ou moins désespérée : " Dégaaaage !! deeeeuh laaaaaaaaaa !!"
Elle avait attrapé le mouton mâchouillant sa couverture par l'encolure et le tirait comme elle pouvait vers l'arrière pour le faire lâcher ce qui lui couvrait les jambes. Elle ne pouvait même pas sortir de sa tente, car elle n'était pas assez vêtue pour cela... Il fallait qu'elle se débarrasse des intrus sans quitter le couvert de la toile qui lui servait de toit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn Valentine
Kamikaze
avatar

Messages : 136

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Jeu 13 Fév - 15:57

le voyage c'était déroulé sans histoires pour le vampire, qui veillait aux grains, en cas d'attaque de bandits ou de prédateurs malvenus. Rien de tout cela n'arriva cependant, et une fois leur destination toute proche, décision fut prise de monter un campement afin de permettre à ceux qui n'étaient pas nocturnes de se reposer.

La tente qui lui était allouée était parfaite, bien opaque et ne laissant pénétrer aucune lumière naturelle. Profitant que le jour ne soit pas encore levé, et laissant sa monture entre les mains des matelots qui se relayaient pour monter la garde, il partit rapidement chasser quelques petits gibiers afin de pouvoir assouvir ses besoins en sang. Il regagna enfin définitivement sa tente, où il put se déshabiller, se glisser sous une couverture et prendre un repos bien mérité.

Durant son sommeil, de joli rêves parfaitement inavouables vinrent l'envahir, mais ne pouvaient que le mettre dans de bonnes disposition aux réveil. Ainsi n'entendit-il même pas les bêlements et les invectives du paysans qui passait par là au petit matin. Pas plus qu'il n'entendit un fringuant mouton entrer dans sa tente. En revanche, il sentit très bien les gages d'affections que lui offrait ce dernier...


" Mmmmmh... Neisha ! ... qu'ess tu faiiiiis ? .... gnnndépravée !... n'en veux encore..."


En effet, il semblait que notre vampire se croyait encore dans son rêve en très charmante compagnie. A la grande surprise et joie du mouton quand il pu sentir de gros bras musclé l'enrouler et l'étreindre amoureusement, tandis que son museau se faisait gratifier de quelques bisous...

Là, Slayn commença a calculer que quelque chose clochait...


" Grmmmmph... tu pus de la gueule... "

Il ouvrit complètement les yeux quand il reconnut un cri venu le tirer définitivement de ses rêveries. Morrigan... il lui arrivait quelque chose ! Mais pire encore... qu'est ce que c'est que cette chose qui était dans ses bras ?!!!!

Sans ménagement il repoussa son nouveau compagnon de sa couche, qui en eut certainement le cœur brisé... tandis que lui s’apprêtait déjà à la pulvériser. Heureusement, son cerveau se remit en marche avant de provoquer une catastrophe. Premièrement il ne voulait pas mettre de sang partout en égorgeant la bête, et cette bestiole appartenait vraisemblablement à quelqu'un... Inutile de se mettre la population à dos.

Ne faisant même plus attention à la présence de l'ovin, il s'empressa de se rhabiller au cas ou le mouton ne panique et ne fasse s'écrouler sa tente, ce qui aurait pour effet de l'exposer à la lumière du soleil... Du moins, il tenta de faire aussi vite qu'il le pouvait malgré la torpeur du jour qui l'envahissait.

Il prit cependant le risque d'appeler pour s'assurer que la blonde de son coeur n'avait rien.


" Morrigan ? J'arrive ! "


Complètement emmitouflé et masqué, il prit alors le risque de sortir pour apercevoir le troupeau de moutons qui avaient envahi le camps. Il interpella alors tous les gens présents autour de lui.

" Est ce que quelqu'un peux m'expliquer ce que c'est que ce foutoir ? "

_________________
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymar

avatar

Messages : 28
Age : 33

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Ven 14 Fév - 19:18

Notre jeune Centaure galopait donc dans les vertes prairies de l'ami Mophée, quand de vagues et lointaines vociférations vinrent troubler sa quiétude. D'abord indistincts, les éclats de voix se firent de plus en plus perceptibles à mesure que la source de pollution sonore s'approchait de la tente.

Les sens aiguisés du malade en furent passablement irrités et il du se résigner à laisser derrière lui toutes idées de sommeils réparateurs. Il réalisa que c'était un réel sacrifice quand sa conscience s'éveilla dans un corps encore tout ensuqué par le sommeil, aux muscles engourdis et à la respiration rendue plus difficile par la maladie.
Autant dire que c'est d'un regard noir qu'il foudroya la main - et son propriétaire - qui ouvrit le battant de sa tente.

Aymar constata qu'il avait du être plus convainquant que prévu, tant le non-invité semblait tomber des nues.
Il jugea donc préférable de rester au sol - en décubitus sternal pour les initiés, de peur d'effrayer d'avantage l'importun.

" Veuillez nous pardonner pour cette indélicatesse ! commença-t-il sur un ton d'excuse. Nous sommes mandatés par les Grands Pirates, afin d'accomplir une mission de la plus haute importance ! Hors, nous nous sommes laissés surprendre par la nuit et nous pensions qu'il s'agissait d'une clairière. Vous savez comment sont les gens de la ville, n'est-ce pas ? demanda-t-il sur le ton de la connivence.
Toujours est-il que nous ne souhaitions pas vous importuner, aussi allons nous lever le camp dans les plus bref délais ! " finit-il ensuite.

L'allusion faite sur l'implication des Grands Pirates n'étaient pas une erreur involontaire, mais un moyen subtile de faire comprendre au propriétaire des lieux qu'il était dans son intérêt de ne pas faire d'histoires. Il n'avait rien perdu, n'avait subi aucun préjudice, si ce n'était la surprise, bref pas de quoi s'opposer aux entités souveraines de l'île !
Sans ces derniers, pas de Clavinia, un détail valable pour tous, marin ou terrien, et de notoriété publique.

C'est alors que les doux gazouillements matinaux de Slayn se firent entendre, ajoutant une nouvelle touche de plénitude à cette matinée riche en vociférations ostentatoires.

" Si vous voulez bien m'excuser, je vais aller expliquer la situation à notre chef que vous venez d'entendre. Vous serez débarrassé de nous dans quelques minutes ! " expliqua-t-il en se levant.

L'Humanoïde s’exécuta et quitta l'abri de sa tente pour s'adresser au Vampire, qui avait tout d'une île isolée au milieu d'une mer de moutons.

" Capitaine Valentine, il semblerait que nous nous soyons installés dans la pâture de Monsieur... expliqua-t-il en désignant l'intéressé de la main. ... Aussi lui ai-je expliqué qu'il s'agissait d'une méprise et que nous n'allions pas nous attarder. " termina-t-il calmement.

Certes, cela pouvait poser problème au suceur de sang qui n'avait sans doute pas prévu de voyager de jour, mais se mettre la population à dos n'était peut être pas une solution non plus. D'autant que le non-vivant paraissait disposer de l'équipement nécessaire à sa survit en plein jour.

Les présentations avaient été faites, les Grands Pirates évoqués, à présent tout cela n'était plus de son ressors.
Le fils Ayling s'inclina donc légèrement devant le paysan en signe d'excuse et le laissa en compagnie du "rôdeur nocturne" pour retourner préparer ses affaires à l'abri de sa tente. La journée s'annonçait longue... très longue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn Valentine
Kamikaze
avatar

Messages : 136

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Ven 14 Fév - 20:54

Slayn finit par comprendre un peu mieux la situation quand Aymar prit la parole pour tenter de calmer le jeu auprès du bouseux. Et il saisit totalement tout le problème, quand le centaure vint lui faire un résumé de ce qui avait été dit. Cependant, la solution que ce dernier proposait ne lui convenait pas.

Même s'il s'était habillé en mode "momie" pour pouvoir sortir, il n'était certainement pas disposé à reprendre la route pour chercher un autre endroit où s'installer, ce qu'il ne manqua pas de faire savoir.


" Tout ça c'est bien gentil, mais on ne va nulle part.

Monsieur à tout l'espace disponible pour faire paitre son bétail autour du campement. Je suis sûr que nous sommes dans la bonne zone de recherche, et nous n'avons pas de temps à perdre à chercher un autre emplacement."



Sortant les feuillets de sa poche, il se dirige alors directement vers le paysans afin d'essayer lui même de clarifier la situation.


" Désolé pour le dérangement, mais comme l'a dit mon ami, nous sommes mandatés par les seigneurs pirates et nous avons besoin d'installer notre campement ici. Bien sûr je vous dédommagerait pour votre aide.

A ce propos..."


Il lui montre alors le feuillet avec l'illustration représentant la plante qu'ils recherchaient.


" Nous sommes venus chercher une fleure ressemblant à celle-ci... Elle devrait se trouver par ici. Est ce que cela vous dit quelque chose ? "

Spoiler:
 

_________________
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morrigan

avatar

Messages : 190
Age : 29

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Sam 15 Fév - 14:28

Un " Morrigan ? J'arrive ! " retentit dans le campement mais ne fut guère suivi de faits. Heureusement que la demoiselle n'en attendait pas davantage pour se dépêtrer de ses encombrants compagnons. D'une main, elle se débattait donc pour repousser l'assaillant à sa couverture, tandis que de l'autre, elle cherchait quelques affaires pour rajouter de la décence à sa tenue et pouvoir se rejoindre l'extérieur. Il fallait dire qu'elle commençait à suffoquer : un mouton n'était pas pour ainsi dire un animal précautionneux de son hygiène, comme pourrait l'être un chat. Alors imaginez deux de ces ovins dans un espace clos qui avait emmagasiné la chaleur d'une personne durant une nuit entière... Et cette fameuse personne se prenait dans le nez toutes les expirations de la bestiole qui la fixait encore sans proposer aucune autre émotion qu'un hébétement bien animal. Elle se demandait s'il bougerait un peu plus si elle égorgeait devant lui son camarade de lainage. Elle n'en fut pas convaincue... tant il paraissait bête. Normal pour un animal me direz-vous, mais celui-ci semblait battre des records car son compagnon au moins mettait de la volonté à continuer à mastiquer ce qui était autrefois sur le dos d'un de ses semblables.

" Tu te rends compte que tu broutes un truc similaire à ce que t'as sur le dos ? " désespéra Morrigan en dégageant promptement ses jambes de sous la couverture avant qu'accidentellement le mammifère n'y plante ses dents larges. Elle usa alors de ses pieds nus pour repousser l'assaillant tout en tirant sur la couverture pour la soustraire à un masticage trop intensif pour qu'elle puise rien faire pour la réparer ensuite. Devant l'acharnement de l'humaine, le mouton lâcha finalement sa prise mais il n'en était pas ravi. Alors il se vengea... sur le matelas...
La blonde soupira. Et tout en soupirant, elle se leva, enfila rapidement une jupe et entreprit de pousser dehors l'ovin mal dégrossi qui la matait sans vergogne depuis son réveil. " Allez pépère ; un petit effort ! "
C'était sacrement lourd comme bestiau, du moins plus que ce qu'elle pensait. Et têtu avec ça.

Une gambette puis une autre sortirent de la tente, tandis qu'elle s'évertuait à tirer le mouton vers l'extérieur. Après l'avoir poussé pour qu'il se tourne en direction de l'entrée, elle le tirait désormais pour l'amener à sortir.
Tant pis pour le matelas, mais à deux contre une, il lui avait fallu faire un choix. Et l'autre bestiole semblait encore plus obstinée que son copain à vouloir faire son repas à l'ombre.

La marchande n'en avait pas moins suivi la conversation. Slayn prenait les choses en main et surtout ne perdait pas le nord puisqu'il en profitait pour demander au paysan pour la plante. A voir ce que celui-ci lui répondrait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnettiste
MJ
avatar

Messages : 153

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Dim 16 Fév - 23:06

[Note temporelle : Nous somme donc au 1er jour de voyage]

Notre pauvre paysan ne faisait pas bien le fier en voyant sortir de la tente un centaure. Ho sa vieille lui en avait parlé quand il était chtio et il en avait bin entendu parlé par les commerçants… Mais c’était point pareil d’en voir en vrai!

Néanmoins c’était y pas le courage qui manquait à notre brave Panzano! Et il était hors de question qui s’y laisse faire squatter son champs par des hommes chevaux.

L’homme cheval en question semblait en plus assez compréhensif vu qu’il lui assurait qu’ils partiraient bientôt. Il évoquait également qu’ils étaient envoyé par les grands pirates mais Panzano ne cilia pas gardant son air fier.

Sauf que le chef du ch’val semblait pas d’accord, et ils avaient beau être plus nombreux, Panzano sentait la moutarde lui monter au nez, il aurait vite fait de rameuter le village point loin bondiou!

“Vos grands pirates je m’en tartine l’oreille au ptit déj! C’est point eux qui y commande ici, zetes plus dans votre ptite ville de fillette les minots! Moi je suis né ici et c’est la terre de mes aïeuls que vous squattez”

Le capitaine sorti alors sa bourse et immédiatement Panzano vu la situation sous un autre oeil.

“Après si vous voulez louer le champs c’est une autre affaire…”

Le capitaine s’en sorti à bon compte. Avec une pièce d’or en plus dans sa bourse, l’humeur de notre natif c’était nettement améliorée.

Puis le cap’taine lui montra une drôle d’image de plante.
“J’peux vous garantir que ça, ça pousse pas par ici, c’est point une plante de plaine ça. Si ya de ça sur l’île, c’est que ça pousse dans un autre coin que j’y connais point.”

Le berger ne chercha pas son reste et il chercha à rassembler ses moutons. Il arriva devant la tente de Morrigan, voyant la moitié d’un mouton dépasser de la fameuse tente.
“Ha la p’tite Gertrude, toujours aussi grognon avant de passer à la tonte!”

D’un geste expert, le berger frappa sa brebis de son bâton en lui criant une sorte de patois étrange.
Gertrude ne fit pas sa tête de mule bien longtemps et fini par lâcher les possessions de la demoiselle.
Après quelques minutes, le berger partait avec tous ses moutons, et la compagnie put profiter de nouveau du calme de la prairie.

Après quelques heures de repos, Tom le premier charretier envoyé par Pal demanda à voir le capitaine de l’expédition. Il lui sorti une carte de Clavinia, en lui indiquant la zone où il était plus probable de trouver la plante. C’était dans une partie plus rocailleuse, proche des quelques montagnes de l’île. Seulement ce n’était qu’une vague zone de recherche, on ignorait exactement où elle pouvait pousser.


[ Voilà vous avez eut un aperçut des natifs Clavinien. C’est un peuple fier et qui n’a pas peur de tenir tête. De plus il vous rappel que les Grands pirates ne gouvernent pas sur la campagne de l’île, mais qu’il sont en relation diplomatique avec les Chefs locaux.

J’aimerai pour votre prochain tour de jeu que vous me décriviez votre départ et comment vous vous organisez pour vos déplacement. Je rappelle que vous avez 2 chariots avec 2 charretiers qui se débrouille au tir au revolver et 2 tireurs plus longue distance avec vous.
Vous avez également des pots et du matériel tel que des cordes, des vivres et bien sûr vos matériel de camping classique dans les charrettes.

Vous avez jusqu’au jeudi 27 février minuit pour poster votre réponse]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morrigan

avatar

Messages : 190
Age : 29

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Sam 22 Fév - 13:30

Tandis qu'elle mettait la bestiole dehors, Morrigan écouta ce que l'homme à l'accent étrange expliqua. Notamment en ce qui concernait la plante. Il leur faudrait bouger et s'éloigner des côtes pour entrer davantage dans les terres.
Aux dires du berger, le mouton s'appelait Gertrude... Voilà un nom bien étrange pour une bestiole bien.. étrange aussi. Ça faisait prénom de personne, mais nom pour un animal. Elle se demanda s'il avait donné un petit nom affectueux à tout son cheptel, ou juste aux bêtes un peu têtues La blonde n'était pas une fille de la campagne, pour ne pas dire "pas du tout". Elle n'avait pas eu peur de l'ovin mais rêvait désormais de se laver les mains, et le visage et tout le reste pour se débarrasser de l'impression d'odeur animal qui l'entourait. Et elle réalisa alors que la campagne, par sa population, ses espaces, son parfum même, était une inconnue pour elle. La commerçante avait toujours vécu en ville ; finalement, même si l'expédition se déroulait sans accroc, c'était une découverte et une sorte de nouvelle aventure pour elle. Elle était cependant contente de ne pas être seule pour ce périple.

Rajustant sa jupe autour de sa taille, elle se porta avec ses petits petons nus jusqu'à ses deux compagnons. L'herbe était agréable sous sa voûte plantaire. Elle essaya simplement de ne pas penser sur quelle mini bestiole elle pouvait poser ses pieds...
" Alors, où va-t-on ? " demanda-t-elle en sautillant d'un pied sur l'autre dès qu'elle avait l'impression qu'une fourmi lui grimpait dessus.

Elle n'eut la réponse à sa question que plus tard dans la journée quand Slayn l'appela à sa tente pour lui expliquer qu'ils levaient le camps. L'un des charretiers avait joué les enquêteurs auprès de la population locale et revenait tout juste pour donner le résultat de ses recherches.
Pendant ces heures où ils ne pourraient rien faire d'autre qu'attendre, la blonde alla se promener au bord de plage. Après avoir découvert la fraîcheur de l'herbe, elle se réchauffa les pieds dans le sable chaud. Elle rentra quand elle marcha trop près d'un bernard l'ermite et que celui-ci lui pinça l'orteil. Cela eut de quoi la refroidir rapidement de marcher pieds nus. Elle ne quitta plus ses chaussures, ni les alentours de sa tente jusqu'à ce que le capitaine l'appelle. Elle laissa là le raccommodage de sa literie et de sa couverture pour se rendre auprès de celui qui chapeautait les opérations.

" Alors ? "
Elle se tenait presque en équilibre sur un pied, l'autre encore sensible de sa rencontre avec un crustacé... si c'en était bien un. Elle ne savait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn Valentine
Kamikaze
avatar

Messages : 136

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Mer 26 Fév - 17:21

Bon... jouer la carte des seigneurs pirates s'avérait bien inutile dans cette patrie de grouillots qui poquaient du derche... D'un autre côté, cela devait faire des générations que ces pécores entassaient leurs navets et violaient leurs moutons... d'où pouvaient-ils se soucier des seigneurs pirates à ce niveau.

Enfin... Heureusement, il existe même dans les contrée les plus reculées un langage universel, qui s'appelle le Pognon.

Le berger, ainsi muni d'espèces sonnantes et trébuchantes devint soudainement bien plus amical, et lui donna une information qui n'était pas pour l'arranger. A savoir que la plante en question était parfaitement inconnue dans les environs. Cette partie de l'île n'étant pas assez rocailleuse, il allait falloir pousser plus loin leur zone de recherche... Cela pouvait être un problème s'il devenait plus difficile de manœuvrer et de trouver un endroit convenable pour bivouaquer.

Le vampire congédia alors le paysans et ordonna un repos de quelques heures, avant de reprendre la route dans l'après midi. Cela allait être une tannée pour lui, mais si le terrain devenait de plus en plus accidenté, mieux valait avoir la meilleure visibilité possible pour les conducteurs.

Avant de partir, il vit avec le charretier quel serait la meilleure zone à atteindre, avant d'appeler Morrigan à lui. Cette dernière avait profité de son quartier libre pour se promener un peu sur la plage, et vaquer a ses propres occupations. Sensible à ce genre de petits plaisirs, il l'aurait bien accompagné, mais ce genre d'excursion en plein jour, lui était désormais interdit... dommage.


" Ah te voila ! Ta promenade a t'elle était agréable ? ..."

Il lui montra alors la carte de l'île et ce qu'il avait décidé pour la suite.


" Si on doit voyager vers un terrain accidenté, je préfère qu'on le fasse de jour... c'est donc toi qui prends la direction du convoi à présent.

En rouge, c'est l'itinéraire que tu aura à suivre... Moi je monterai dans le deuxième chariot où j'attacherai mon cheval. Avec les toiles de tente je serais tranquille pour me protéger du soleil.

Je prends les deux tireurs avec moi pour protéger nos arrières, et pour vous couvrir si des bestioles ou des brigands décident de se mettre devant vous..."


Cette éventualité le fait alors directement passer au centaure qu'il interpelle.

" Aymar ! J'aimerais que tu prenne la place que j'avais, pour emmener tout le monde et veiller sur notre Morrigan ! "
dit-il avec malice, comme si celle-ci était la petite dernière d'une famille qui était en train de se constituer.

" C'est mieux aussi que tu ai une bonne visibilité. Qui sait... Avec un énorme coup de chance on tombera peut être en chemin sur ce que l'on cherche ! "

Il s'adresse enfin à tous.

" Si personne n'a d'objection, je pense qu'on peux lever le camps à présent ! "


Spoiler:
 

_________________
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymar

avatar

Messages : 28
Age : 33

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Jeu 27 Fév - 21:36

Si le centaure était en premier lieu rentré dans sa tente pour laisser le pécore et le Vampire s'expliquer, il ne manqua pas de laisser traîner une oreille pour ne rien perdre de la conversation.
Lorsque l'incident diplomatique sembla définitivement écarté et le brave paysan parti paître ailleurs, Aymar quitta sa tente et en profita pour aller à son tour jeter un œil au croquis de leur cible. Au moins maintenant, il serait en mesure de reconnaître la plante s'ils venaient à la croiser.

Quelques temps plus tard, l'Humanoïde patrouilla dans les environs immédiats à la recherche de quelques herbes qu'il pourrait faire infuser pour l'aider à tenir le coup. Jusqu'ici il ne s'en sortait pas trop mal, mais rien ne lui garantissait que son état ne se dégraderait pas brusquement. Autant dire qu'il fondait de gros espoirs sur la suite de leur expédition.
L'homme-cheval était en train de se dégourdir les jambes dans la pâture pour faire passer les courbatures quand on l’interpella. Il se joignit donc à la conversation et s'intéressa à la carte pour comprendre la suite du programme, tout en écoutant les instructions du chef de l'expédition.

Autant dire qu'il s'en fallut de peu pour qu'il ne grimace en entendant qu'on lui confiait la garde de l'unique représentante du beau sexe présente. Car, outre le fait qu'il ne s'était jamais sentit l'âme d'un garde du corps, il n'y avait pas besoin d'être très observateur pour remarquer que le courant ne passait pas le moins du monde entre la marchande et lui. Aussi se contenta-t-il de dévisager la jeune femme quelques secondes, avant de se replonger dans l'observation extatique de la carte.
En revanche, il ne trouva rien à redire du reste de ses tâches et acquiesça donc silencieusement aux ordres de son supérieur du moment.

Suite à quoi le jeune Ayling s'en alla préparer son paquetage, avant de se positionner à la tête du convoi prêt à reprendre la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnettiste
MJ
avatar

Messages : 153

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Ven 28 Fév - 19:54

Étonnement votre voyage s’est plutôt bien déroulé.
Vous avez voyagez toute la journée restant et une bonne partie de la nuit avant d’arriver sur un plateau qui semble être un bon endroit pour camper.
En effet l’emplacement semble vous protéger des vents particulièrement froid une fois la nuit tombée.
Votre journée a été particulièrement difficile, vous avez dut lutter contre le froid et le vent et cela malgré un terrain de plus en plus accidenté en fonction que vous vous rapprochiez d’un massif montagneux. A un moment vous avez dut faire une halte, votre vampire ayant eut la sensation d’une présence hostile, mais rien de particulier ne se concrétisa et vous avez alors continué votre route.
Une fois votre campement installé, vous prenez un repos bien mérité autour du feu pour vous réchauffer.


[HRP =

Morrigan : Heureusement pour toi tu as voyagé en charrette, ton pied te fait toujours un peu mal mais il ne semble pas gonfler ni quoi que ce soit d’autre. Juste un bleu mal placé. Ça ira mieux après une bonne "nuit" de sommeil.
Sinon tu as très bien fait ton travail à savoir que tu as menée ton expédition à bon port!

Aymar : tu as vu quelques plantes intéressantes en chemin, certaines possèdent de nombreuses propriétés médicinales et si tu le souhaite tu as largement eut le temps d’en cueillir quelques unes vu que tu avances bien plus vite que les charrettes.
Par contre tu n’as pas vraiment apprécié le vent froid de la région, ta tunique et ta redingote n’étant pas très épaisse tu devrais te méfier.
Par contre si tu veux préparer n'importe quel remède n'oublies pas que cela te prendra soit sur ton temps de sommeil, soit sur ton temps disponible en journée.

J’aimerai que vous me donniez vos actions pour votre prochaine journée ainsi que votre manière d’organiser votre repos (tour de garde? ronde?)
Vous ignorez s’il y a un village non loin, pour l’instant vous n’avez pas vu de trace de vie mais il faut dire que le relief ne vous aide pas.

Devant vous se dresse surtout un terrain rocheux avec des dénivelés importants mais pas de véritable montagne. Celle ci semble être plus éloignée encore. Cela dit votre guide vous indique que vous êtes à présent dans la zone de recherche estimée.

Et une petite aide vu qu’il semble l’avoir oublié… Je rappel à votre capitaine qu’il est en possession d’autres informations qu’un simple dessin et il serait peut être bien d'en parler à son équipe?

Vous avez jusqu'à dimanche 9 mars au soir pour votre réponse. Si vous avez une question je reste à votre disposition]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnettiste
MJ
avatar

Messages : 153

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Sam 8 Mar - 19:26

HRP : Suite à une demande des joueurs, le délais de réponse est reporté à Mercredi 12 mars minuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn Valentine
Kamikaze
avatar

Messages : 136

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Mar 11 Mar - 15:16

Bien que cela le contrarie, le vampire n'eut d'autre choix que de reprendre la route vers une zone plus idéale afin d'entamer les recherches. Le périple s'étant relativement bien déroulé, le vampire put profiter des heures du jour, bien caché sous les toiles de tente, pour prendre un repos bien mérité. Il avait privilégié la même configuration de déplacement que lors de la première étape, cette dernière semblant s'être révélée adéquat.

De nuit, le problème se posait beaucoup moins, Slayn pouvant se permettre de veiller et rester en selle pour conduire le convois et offrir à tout le monde un repos salvateur. Il tenait seulement à ce qu'au moins les tireurs dorment a tour de rôle, pour que l'un d'eux reste toujours éveillé et prêt à suivre ses directives en cas de danger. Mais là encore, la précaution s'avéra inutile... Malgré le pressentiment de Slayn sur une présence hostile autour d'eux, rien ne se manifesta.

Le principal facteur ralentissant du voyage était de prendre soin des animaux... En effet, sans aucun poste de relai sur le trajet, il était impossible de changer de bêtes et de poursuivre directement le voyage. Heureusement, Slayn en bon chevalier moyenâgeux connaissait ce problème. Une alternance "avancée de jour / repos de nuit", étant impossible, il privilégia une progression par petite étapes, de jour, comme de nuit, ainsi que des temps de repos fractionnés.
Cela afin de permettre aux animaux et aux hommes de se reposer et dormir le plus souvent possible.

A chacune de ces étapes, les conducteur était affecté aux chariots où ils pouvaient se reposer après avoir prodigué le soin aux animaux. Les tireurs eux étaient placés à deux côté opposés du petit camps pour effectuer des rondes autour de ce dernier. A leur charge alors de se reposer à tour de rôle quand le convois était en mouvement. Tandis que le vampire avec les deux deux autres membres de son équipe, avait opté pour monter la garde directement sur place, en se relayant pour dormir.

Évidement, le terrain devenant de plus en plus difficile, obligea le groupe à parcourir des distances plus courte et à faire des arrêts plus fréquents. De plus, il était vrai que ce régime, légèrement martial, pouvait rebuter ceux qui étaient habitués à ne dormir et se reposer que de nuit... Mais ils n'étaient pas là pour cueillir des fleurs. Euuuh... En fait si... Mais le principe était surtout de progresser de manière relativement rapide et sécurisée avec les moyens du bord. C'était aux yeux du vampire la manière la plus efficace et disciplinée pour atteindre au plus vite leur objectif.

Et pour cause... Lors d'un temps d'arrêt nocturne, Slayn s'était légèrement éloigné afin d'enlever l'un de ses gants, ainsi que l'un des manchons de son bras. Après avoir relevé sa manche, ce qu'il vit lui glaça le sang. Ce qui n'était qu'une simple tâche noire il y a peu, occupait à présent la quasi totalité de son bras... Plusieurs autres tâches étaient également apparues sur son corps, heureusement, rien de visible pour le moment. Il ne semblait heureusement pas non plus touchée par la toux qui touchaient les quelques humains qu'il avait croisé à ce stade de la maladie... Il est vrai que les poumons n'étaient pas des organes vitaux chez les vampires... Mais curieusement, Slayn n'avait aucune envie de savoir ce qu'il se passerait quand la totalité de son épiderme aura prit cette teinte obscure...


Lorsque la petite équipée arriva enfin sur l'emplacement définitif de leur zone de recherche, le jour ne s'était pas encore levé. Le vampire prit cependant le temps de réunir tout le monde, conducteur et tireurs y compris, afin de leur faire un petit point de la situation. Chose qu'il n'avait pas eu le temps, ni l'utilité, de faire lors de leur premier arrêt.


" Bon... Je ne pense pas que nous trouverons une zone assez plane poser un bivouaque en allant plus loin... C'est donc ici que nous allons nous fixer, et organiser nos recherche."


Il sortit alors le dessin qu'il avait déjà montré a ses comparses, ainsi que les quelques feuillets fournis par Pal. Il avait décidé de mettre les accompagnateurs dans le coups, dès fois qu'un coup de chance ne survienne pendant les rondes, mais il tenait surtout a donner plus de détails qu'il n'avait pas communiqué à ses camarades.


" Je vous ai montré le dessin d'une plante de petite taille, à raz du sol, fait de petites fleures jaunes à rayure orangées et avec des longues feuilles... o-vo-ïdes... Bon je ne sais pas ce que ce mot veut dire... Mais le dessin me semble précis...

Par contre, ce que je ne vous ai pas précisé, c'est qu'il s'agit d'une plante qui aime les espaces humides, chauds avec des préférences pour les milieux soufrés... Ah ! et elle n’a pas besoin d’une grande luminosité pour pousser."


Sur ces mots, il donna a chacun une copie de l'illustration, tandis qu'il rangea les feuillets de note à l'intérieur de son manteau. Il reprit ensuite la parole.

" J'aimerai connaitre vôtre avis sur la question... Mais pour moi, il me parait évident de chercher dans des failles rocheuses.

Je pense qu'il sera plus facile qu'on fasse les recherches de jour... Comme nous sommes dans une zone ombragée, je vais essayer de vous donner un coup de main dans les recherches demain... Pour le moment, j'invite tout le monde a prendre du repos."


***

C'était bien beau, mais le repos, encore fallait-il l'organiser... Le jour suivant, le bivouaque étant planté, et les membres de l'expédition s'apprêtant à partir, Slayn avait décidé de ne garder qu'un tireur éveillé pour les rondes, tandis que l'autre se reposerait. Cela afin de leur permettre de se relayer, tandis que les conducteurs s'occuperaient des animaux et de garder réellement le camp en leur absence.

Dès le petit matin, le vampire s'était vêtu en mode "momie" afin de pouvoir accompagner ses petits camarades. Il avait détaché d'abord le foulard autour de son col, avant de l'enrouler autour de son visage. Puis c'est son typique long manteau rouge, qu'il avait mit par dessus sa tenue, non moins caractéristique du personnage (Composé de bottes de cavalier noires, d'un pantalon de cuir et d'un gilet assorti, d'une chemise blanche dont ses manchons de guerres recouvrent les manches, et d'une paire de gants blancs brodés d'un pentagramme satanique). Après avoir reboutonné un à un les boutons de sa redingote jusqu'au col montant jusqu'en dessous de ses yeux, il s'était équipé de son chapeau ainsi que d' un demi masque élégant, dont les yeux étaient protégés de verres fumés, à l'origine sensé apporter une touche mystérieuse au déguisement.

Ainsi, fut-il totalement protégé lorsque le soleil dénia enfin se montrer, illuminant l'immensité rocheuse de ses rayon. Touché par ce moment poétique, Slayn ne put d'ailleurs s'empêcher de se mettre au diapason de l'astre du jours malgré la torpeur naturelle qui l'envahissait. Il tendit alors la main en sa direction, puis en retournant gracieusement cette dernière, ferma son poing avant d'élever fièrement son majeur, cela afin de saluer Hélios comme il se doit.

Il se dirigea ensuite directement vers Morrigan et Aymar qui avaient dût avoir également tout le temps de se préparer également. Après les politesses d'usages, le vampire semblait avoir décidé que les choses avaient suffisamment trainées comme cela, puisqu'il entraina directement ses compagnons à quitter campement pour les emmener vers une zone à la végétation plus abondante, et donc plus ombragées. Le choix avait dû être aussi inconscient que volontaire, car le paysage n'était pas sans lui rappeler les fôrêt mystérieuse et rocailleuses de son île.


http://funweb.epfl.ch/sites/fichiers/2010-06-vaud/icwebfille78/foret.jpg

Là, il leur demanda alors :


"Bien... Moi je pense que je vais rester par ici pour rechercher, j'y serais plus à l'aise. Qu'est-ce qu'on fait on se sépare ? ou quelqu'un préfère rester avec moi ? "

_________________
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morrigan

avatar

Messages : 190
Age : 29

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Mar 11 Mar - 22:03

Elle n'aurait jamais cru qu'une si petite chose aurait pu lui causer un bleu. Heureusement qu'elle n'avait pas à marcher durant l'ensemble du voyage. Elle sortit un châle de son sac de voyage lorsque le temps se rafraîchit ; restée ainsi immobile n'aida pas à ce qu'elle se réchauffe. Elle était bien contente d'avoir été prévoyante en la matière. Ce n'était pas spécialement le cas de l'homme-cheval et elle lui proposa aimablement de lui confectionner rapidement une tunique supplémentaire pour qu'il soit moins sensible aux températures. Elle profita de chaque moment de tranquillité -que ce soit en route, ou pendant son temps de repos, avant que le sommeil ne la gagne- pour coudre entre eux les pans d'une couverture préalablement découpée afin de réaliser une sorte de poncho pour Aymar. Elle le lui remit dès qu'elle eut achevé sa besogne.

Ils arrivèrent enfin à ce qu'ils espéraient être le lieu idéal pour trouver la plante. Slayn les convoqua tous pour leur remontrer l'illustration de la plante en question et surtout pour leur transmettre quelques informations supplémentaires. Le végétal ne poussait que dans des conditions particulières, chose normale mais difficilement appréciable lorsqu'on ne connait pas la région. Comment savoir que tel ou tel endroit est plus propice à la voir poussée ? Ils savaient qu'il fallait un emplacement humide et chaud et plutôt dans une terre soumise au souffre. La commerçante n'était pas convaincue que ça soit si simple à trouver... Le vampire proposa d'explorer les failles rocheuses qui se trouvaient ombragées par une forêt dense ; il pourrait alors les accompagner dans la recherche. Sur le moment, Morrigan ne trouva rien à redire.

Le lendemain matin, elle attendait les deux autres. Elle avait troqué sa jupe pour un pantalon marron assez près du corps. Elle avait l'impression de ne porter que des collants un peu épais alors que ce n'était pas le cas et que le tissu était bien plus opaque et épais. Une question d'habitude lui avait dit Nina... Et ben, elle n'en avait vraiment pas l'habitude pour l'instant. Mais la jeune femme avait jugé préférable de revêtir ceci plutôt que de se trouver embarrassée à déambuler dans ses jupons. En haut, elle s'était défait de son corset pour ne porter qu'une chemise et une veste aux manches longues. Comme le vampire mais pour des raisons bien différentes, elle en avait remonté le col sur sa gorge. Il était toujours surprenant de voir ce dernier aussi accoutré, mais elle avait fini par apprendre qu'il ne lui en fallait pas moins pour survivre au soleil. Pauvre vampire. Autre point commun avec lui, un chapeau qu'elle nouait sous le menton pour le préserver des bourrasques de vent.

Ils se dirigèrent vers l'ombrage de la forêt ainsi que prévu la veille au soir. Cependant, la citadine avait eu le temps de réfléchir depuis et lorsque le capitaine proposa une scission, elle en profita pour dire son idée : " Pour le côté chaud, je resterais bien en extérieur de la forêt. Il faudrait chercher un cours d'eau pour l'humidité. Je vais voir si j'en trouve un. Si cela ne vous dérange pas ni l'un ni l'autre bien sur. "
Elle n'avait pas peur de se promener toute seule en terrain découvert. L'idée d'un quelconque danger ne lui effleurait même pas l'esprit. Elle n'y voyait que l'avantage d'une visibilité plus dégagée pour ses pieds ainsi que pour observer les spécimens qui se présenteraient à elle. Elle n'était pas vampire et n'avait pas non plus besoin de se préserver des rayons du soleil ; au contraire, elle en appréciait le rayonnement réchauffant.

" Se séparer permettra de couvrir plus de terrain. Le premier qui trouve quelque chose crie. " dit-elle en riant, pleine d'optimisme.
Ils étaient sur le bon secteur, c'était une chose de sure. Il fallait encore dénicher l'aiguille dans la botte de foin.

[HRP]
Elle se dirige donc -seule ou accompagnée d'Aymar suivant le choix de celui-ci- au hasard dans la campagne environnante. Faisant attention où elle met les pieds et gardant pour repère le soleil devant elle, elle ne sait pas chercher les indices qui permettent de reconnaître la proximité d'un cours d'eau ; donc elle avance vraiment au hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnettiste
MJ
avatar

Messages : 153

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Ven 14 Mar - 22:37

[HRP : N'ayant pas reçut de réponse de la part d'Aymar, je continue l'aventure libre à lui de nous rattraper en chemin]

Le groupe d'aventurier se sépara en deux. D'un coté le vampire momifié profitait de la fraîcheur de l'orée d'une petite forêt non loin. Alors que Morrigan dans sa tenue de combat, accompagnée de son "protecteur" équin, partirent explorer les méandres du terrain rocailleux plus à l'Est du campement.

Au bout de deux bonnes heures à chercher de la plante, notre vampire commençait à se sentir un peu seul. Heureusement pour Slayn, nous ne sommes dans pas un film d'horreur de mauvais goût... Il est bien connu qu'il ne faut jamais se séparer du groupe lorsque PAN
Bien qu'il ne sentit pas l'air de la balle sur son visage à cause de ses tissus, le bruit de la détonation fit sursauter notre momifié.
Derrière lui un arbre portait une nouvelle cicatrice ronde accompagné du piercing métallique....
Elle n'était pas passée loin celle là.
"HEY PAPI FAIT PAS LE CON! C'EST PAS UN OURS!"
"HA BON? T'ES SÛR?"

Un gamin d'un douzaine d'année à tout casser se mit à courir en direction du tireur. Ce dernier baissa alors son arme, un fusil de chasse.
"Bah nan, c'est un mec avec plein de tissus on dirait qu'il vient de la ville avec son chapeau là"
"QUOI?" Lui répliqua de toute évidence un homme qui avait vu suffisamment de printemps pour ne plus très bien y voir ni entendre...
"C'EST UN MEC DE LA VILLE QUI S'HABILLE BIZARRE"
'Haaa bon..."

[HRP : te voilà donc face à des drôles de chasseurs qui ont eut le malheur de te prendre pour du gibier (on t'a jamais dit de porter un gilet fluo aussi?)
Du coup tu es libre d’interagir éventuellement avec eux, je suis à ta disposition si tu veux entreprendre un dialogue. Ha et oui... il y a des ours dans cette forêt...
Autre détail, à force de regarder le sol, tu as pus constater que la forêt à pousser sur un sol un peu étrange (je ne sais pas si ton personnage à déjà exploré des îles volcaniques?)]

Du coté de notre petit groupe d'explorateur, les deux heures de recherches furent un peu plus périlleuses.
Ils se rendirent vite compte que ce qui était au début qu'un terrain accidenté se transformait par endroit en véritable crevasse, surement signe d'une activité sismique ancienne vu l'érosion de la pierre.
Vous êtes à peu de chose près à 1H de marche du campement quand tu vois une sorte de fumée monter non loin, mais elle ne ressemble pas vraiment à celle d'un feu de camp, elle est beaucoup moins épaisse et s'efface très vite.
Vous décidez de vous en approcher le plus silencieusement possible, mais grande stupeur quand tu peux enfin voir la source de cette fumée : tu te retrouves face à une source d'eau chaude formant un grand bassin naturelle.

[HRP : Vous avez le choix entre 1) prendre un bon bain bien mérité, 2) aller chercher vos compagnons qui ne sont plus à porter de voix 3) explorer les alentours du petit lac 4) Une autre solution à laquelle je n'aurais pas pensé ^^
L'eau est particulièrement tentante pour toi Morrigan, tu n'as pas pris de bain depuis trop longtemps à ton goût et tu as l'impression d'empester la sueur et le cheval (c'est pas contre toi Aymar :p)


Comme d'habitude, je reste disponible à toute question, et je vous laisse jusqu'à lundi 24 au soir !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morrigan

avatar

Messages : 190
Age : 29

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Sam 22 Mar - 13:27

Que c'était compliqué de marcher là-dedans. Morrigan était bien heureuse d'avoir mis un de ces pantalons ; au moins, elle ne marcherait pas sur le tissu de sa jupe. Elle dut d'ailleurs user de ses mains par moment sentant son équilibre instable sur ces caillasses accidentées. Elle se demandait comment c'était possible que le terrain soit aussi déstructuré. Ce n'était pas facile d'évoluer dans ce milieu. Du moins lorsqu'on a deux jambes. Aymar semblait plus à l'aise avec ses quatre fers.

" Qu'est-ce que c'est ça ? " demanda-t-elle soudain en pointant le doigt vers un point plutôt proche d'où semblaient s'élever des volutes de fumée.
Lorsqu'ils y arrivèrent à cette destination imprévue, ils comprirent. De l'eau chaude à profusion. La jeune femme s'en approcha et s'agenouilla à côté pour y plonger doucement la main. Histoire de vérifier si c'était bien ce que ça semblait être. Le bout des doigts, puis les doigts en entier et enfin la main qu'elle balaya dans l'eau, savourant cette sensation agréable sur sa peau.

" Tu crois qu'on pourrait trouver la plante dans le coin ? " s'interrogea la commerçante, s'adressant également au centaure qui l'accompagnait. Elle n'avait pas forcement envie de quitter cet endroit.
" On se sépare pour faire le tour ? " proposa-t-elle alors. Proposition tout à fait logique, vu que le bassin était assez conséquent. Et puis ça semblait un endroit idéal pour que la plante puise se développer. Les indices donnés par Slayn faisaient état d'un endroit humide et chaud ; ses conditions étaient parfaitement remplies. Le côté "soufré" ne disait rien à la marchande et elle ne faisait pas le rapprochement avec le terrain accidenté qu'ils avaient fréquenté jusque là.

Lorsqu'Aymar s'éloigna, la blonde fit de même dans le sens opposé. Elle scrutait comme elle pouvait les abords du bassin, l’œil pourtant régulièrement attiré par l'eau chaude juste à côté. Tout d'un coup, elle s'arrêta. Regardant autour d'elle, elle chercha si elle était bien seule.
" Juste un petit peu... " murmura-t-elle pour se convaincre que son idée n'était pas mauvaise. L'envie était bien grande. En bonne citadine, surtout originaire d'une ville évoluée, elle ne pouvait se passer de se laver régulièrement. Et les efforts fournis depuis le départ de cette aventure augmentaient ce besoin d'un bon bain : elle avait eu chaud en marchant, avait pris le soleil... Un petit bain dans cette source d'eau chaude, juste un petit bain. Rapide. Ça ne ferait pas de mal et personne ne le saurait. Et qu'est-ce qu'elle se sentirait bien mieux après !

Personne à gauche ; personne à droite. Elle retira d'abord ses chaussures, sentant alors la chaleur des pierres qui se trouvaient au bord du bassin. Rien que ça était bien agréable. Elle enleva sa veste, défit sa chemise, plia soigneusement les deux puis retira son pantalon et ses sous-vêtements qu'elle déposa avec le reste à quelques centimètres du bord. Enfin toute nue, elle se glissa dans l'eau, laissant échapper un soupir d'agrément. Elle avait l'impression de sentir la crasse s'échapper de son corps à mesure que celui-ci entrait dans l'eau. Elle fit quelques pas sans trop s'éloigner du bord, battant des bras comme si elle souhaitait nager. C'était encore mieux que ce qu'elle avait imaginé ! Elle osa même mettre la tête sous l'eau pour frotter ses cheveux filasses de sueur et de poussières. C'était juste délicieux ! Cette douce chaleur, cette torpeur progressive... Elle revint vers le rebord, y déposa ses bras et posa sa tête sur eux. Elle regarda les alentours, tout en battant des jambes, savourant les flux d'eau chaude qu'elle secouait.
Le "un petit peu" s'éternisa un peu plus que ce qu'elle avait voulu au départ, mais les petits bonheurs sont à saisir partout où ils se trouvent. Et elle en avait trouvé en un lieu improbable.


[HJ :
Option 1 :  Morrigan finit par quitter son bain et se rhabille, se remettant en quête de la plante, plus sereine.
Option 2 : Aymar ou quelqu'un d'autre la surprend :

    - dans l'eau ; elle y reste pudiquement, demandant à l'autre de se tourner pour qu'elle se rhabille ; - hors de l'eau, pendant qu'elle se vêtit, elle lui jette une chaussure dessus pour qu'il se tourne
]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn Valentine
Kamikaze
avatar

Messages : 136

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Lun 24 Mar - 21:12

Bien qu'il ne sentit pas l'air de la balle sur son visage à cause de ses tissus, le bruit de la détonation fit sursauter notre momifié.
Derrière lui un arbre portait une nouvelle cicatrice ronde accompagné du piercing métallique....
Elle n'était pas passée loin celle là.


"HEY PAPI FAIT PAS LE CON! C'EST PAS UN OURS!"

Slayn eut un sursaut quand une détonation vint le tirer de ses recherches par delà les caillasses et la végétation. Se retournant brusquement, il aperçu un gamin et un vieux… C’est toujours classe de voir arriver les vieux… ils sont là, ils disent rien… c’est hyper mystérieux.

Sauf que là, le vieux a bien faillit le canarder, et ce n’est pas le genre d’introduction épique qui plonge le vampire dans de bonnes dispositions. Ainsi interpela t-il les deux larrons de fort mauvaise humeur.


“ PUTAIIIIIN !!! TU AS PÉTÉ UN CÂBLE GRAND PÈRE !!!”

Il s’approcha alors pointant son pouce contre sa poitrine.


“ T’en vois beaucoup des animaux rouges flashy qui se promènent en pleine verdure ? Pas très discret comme mimétisme !

Qui êtes v…”


“HEIN? MAIS QU’EST-CE TU FOU LA L’GAMIN? YA QU’DES PUTAINS OURS DANS CETTE PUTAIN DE FORET DEPUIS QUE JE SUIS MINOT J’AURAI PU TE TUER TU SAIS!”

“ Faudrait déjà être foutu de tirer droit avec ta pétoire ! Range moi ça avant de vraiment blesser quelqu’un espèce d’abrutis !”


En y regardant de plus près, le vampire constata que le papy en question avait les yeux très vitreux... D'ailleurs ses pupilles vibraient un peu quand il le regardait...
Le gamin s’interposa alors.


“C’EST PAS DE LA FAUTE A PAPI, C’EST VOUS QU'ÊTES PAS CENSÉ ÊTRE LA LE MONSIEUR DE LA VILLE. PAPI IL A TOUJOURS CHASSÉ ICI D’ABORD!”

Quand le gamin intervint, Slayn plaqua sa main contre son masque, en signe d'énervement contenu. Lui n’avait jamais chassé dans la campagne Clavinienne, mais ça pouvait bien commencer. Cependant cela risquait de ne pas être très productif.

“Bon… On arrête le tire là ! Une bonne fois pour toute je ne suis pas du gibier, et je cherche quelque chose là.”


Le papy a d’ailleurs dit un truc intéressant... il se retourna alors en direction du grand père, prenant la peine de parler fort pour ce dernier.


“ TU DIS QUE TU TE BALLADE DANS LE COIN DEPUIS TOUT PETIT GRAND PÈRE ? TU CONNAIS LES PLANTES DU COIN ? “

Le vieillard plissa les yeux et essaya de voir ceux de l’homme de la ville à travers sa cataracte prononcée.

“BAH OUI…”

Bon… cette déconvenue pouvait servir. Slayn sortit alors les feuillets qu’il avait conservé. Problème comment montrer un dessin à un bigleux ? Il montra alors l’illustration au gamin.


“ Je cherche une plante qui pousserait dans les environs. Elle ressemble à ça.”

Au grand père, il hurla la description qu’il avait déjà fourni a ses propres camarades.

Le gamin regarda l’image de la plante, et alors que Slayn en faisait la description orale, le gamin gueula à son tour :

“PAPI, LE MONSIEUR IL VEUT DE LA CAPRICIEUSE!”

Le vieux sembla regarder le gamin un moment, puis se mit à rire joyeusement.

“HÉ BEN MON PAUVRE! LES FEMMES PAR CHEZ VOUS ÇA DOIT ÊTRE DES SACRÉS MORCEAUX POUR VOUS FAIRE CHERCHER DE LA CAPRICIEUSE!”

Slayn ne comprit pas l’allusion du vieux et répondit seulement :


“T’AS MÊME PAS IDÉE GRAND PÈRE !! MAIS ÇA SERT A QUOI CETTE PLANTE CHEZ VOUS ?”

Le grand père le regarda avec un sourire nouveau et il posa sa main dans le dos de son nouvel ami tout en marchant vu qu’il ne pouvait pas le prendre par l’épaule vu la différence de taille. Il ponctuait son récit de rire sincère.
Il lui expliqua qu’on appelait cette fleure la capricieuse, parce que les femmes les plus belle du coin demandaient à leur prétendant d’aller leur en cueillir des bouquets. Cette fleure était particulièrement chiante à aller cueillir vu qu’il fallait aller dans les gorges et trouver une putain de grotte près des sources d’eau chaude, et avec un peu de chance yavait des fleures là bas.

Généralement aller chercher ces fameuses fleures prenait facilement une journée depuis son village et que franchement c’était relou d’aller crapahuter si loin pour qu’éventuellement la capricieuse veuille bien offrir un baiser.
Yavait bien des ptits malins qui avaient pris des pieds pour s’en faire des ptits jardins et pas aller crapahuter, mais rien’a faire la plante à jamais voulu pousser et donner des fleures.

“Haaaaa les femmes” ponctuait régulièrement son récit, alors qu’il marchait tranquillement vers l’orée de la forêt en direction des gorges en question.

Slayn avait du mal avec la familiarité du grand père. D’un autre côté personne n’aimait vraiment se faire tripoter par des vieux. Mais il fit un effort. Ce dernier se révèla d’ailleurs être une mine d’information… Même si certains détails qu’il apprit n'étaient pas vraiment pour l’arranger… Mais mieux valait être trop prévoyant que pas assez.

En réaction à l’histoire qui entoure ses fleures, le vampire fit alors savoir au gamin.


“ Si tu viens à Clavinia tu n’aura pas besoin de te casser la tête avec une fleur pour perdre ton pucelage. Il te suffira seulement d’avoir une bourse suffisamment garnie.”


Il sortit alors sa bourse et donna quelques piécettes au gamin, pour qu’il commence déjà à économiser pour l’occasion.

“ Si tu cours dans cette direction, tu devrais tomber sur une jolie blonde, et un homme cheval. Ils sont avec moi et j’aurais besoin que tu aille me les chercher, pour les amener là où on va.

Pas besoin de donner les pièces à la blonde, elle te dira non.”


“Je peux pas laisser papi tout seul… et puis ya pas de fille sympa avec moi pour que j’aille chercher de la capricieuse… Mais il vous suffit de continuer par la jusqu’à trouver la source d’eau chaude”

Il rit alors a la remarque du gamin.


“Je comprends. Et t’en fais pas, quand tu grandira les filles changeront de point de vue. Garde les sous en attendant.”


Il donna une tape sur l’épaule du vieux et hurla enfin.

“MERCI POUR TON AIDE GRAND PERE ! MAIS LA PROCHAINE FOIS, ATTENDS D’AVOIR L’AVIS DU GAMIN AVANT DE TIRER ! “


Action : 1
Slayn part alors dans la direction qui lui est indiqué en restant malgré tout sur ces gardes dans une forêt dont il ignore les dangers

Action prévisionnelle :
Si il fait une mauvaise rencontre, il cherchera a se cacher et s'enfuir. S'il arrive à destination et qu'il n'y a personne, il essayera de héler ses compagnons.

S'il a la chance de tomber sur Morrigan dans son bain, s'il n'est pas vu directement, il s'amusera à cacher ses vêtements derrière la végétation. Avant de se diriger vers le bassin sans aucune gêne. Ni chercher à se cacher, pour admirer la vue.

_________________
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnettiste
MJ
avatar

Messages : 153

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Mer 26 Mar - 18:31

Slayn mit beaucoup moins de temps à trouver les sources d'eau chaude. Il faut dire qu'il connaissait déjà la direction à suivre et ce qu'il cherchait précisément.
De plus bien qu'il devait faire attention au soleil, il conservait une certaine force et souplesse lui permettant d'avance bien plus vite dans ce milieu accidenté.

Morrigan, quant à elle, appréciait son délicieux caprice. L'eau était chaude et laissait la peau douce. Elle n'entendit par contre qu'assez tard que quelqu'un approchait en sa direction.
Ses vêtements étaient à proximité, mais sortir de l'eau signifiait prendre le risque d'être vue hors de l'eau trouble.
Elle eut le temps néanmoins d'attraper ses vêtements avant que l'individu ne les lui prenne.
C'est ainsi que Slayn arriva près de la belle Morrigan dénudée et armée d'une paire de chaussure.

[HRP : Morrigan n'ayant pas de point en perception et Slayn n'en ayant pas en discrétion, j'ai considéré que Morrigan avait un certain relâchement de la vigilance de par sa détente

Je vous laisse le plaisir de jouer cette entrevue, sachez néanmoins qu'elle sera interrompue par des bruits de sabot.

Aymar revient avec quelques fleures dans une sacoche. Il les a trouvé dans une grotte ouvrant de l'autre coté du bassin.
Trop heureux de sa découverte, alors qu'il s'approche de vous, il ne voit pas un rocher et trébuche. Il finit sa course dans l'eau en éclaboussant le vampire et atterrissant au niveau de Morrigan, d'ailleurs une de ses mains s'est égarée sur le corps de la jeune fille dans sa chute pour se rattraper (je te laisse le choix de l'endroit)
Il va avoir quelques difficulté à sortir de l'eau vu que dans sa chute il s'est foulé la patte avant droite. Il va quelque peu boiter mais en serrant les dents ça ne devrait pas trop le gêner dans sa récolte.

De part son absence injustifiée vous êtes autorisé à jouer quelque peu son personnage pour vous avancer. Voyez le comme un PNJ qui vous est utile pour votre récolte.

Je reste à votre disposition si vous avez besoin de précision.
Je vous laisse jusqu'au dimanche 6 au soir pour répondre! ^.^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn Valentine
Kamikaze
avatar

Messages : 136

MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   Dim 30 Mar - 16:30

Quelqu’un approchait.
Elle n’eut que le temps d’attraper ses vêtements pour les rapprocher d’elle. Déjà elle laissa l’eau recouvrir son corps, ne laissant que ses bras reposés sur le rebord, tenant ses affaires. L’individu se montra alors et Morrigan soupira. Ce n’était que Slayn.
” Ah c’est toi ! “
Le tutoiement n’avait pas été aisé à utiliser ; une habitude qu’elle n’avait guère avec quiconque. Mais elle s’y efforçait pour faire plaisir au capitaine vampire.

*Raté…*

Telle fut la seule pensée immédiate du vampire en constatant qu’il n’avait pu subtiliser les vêtements de sa charmante “assistante”.

“ Tu es plutôt rapide pour une humaine ! Moi qui espérais te faire une blague…
Tu as un très joli petit popotin au passage.”
dit-il plaisantin, en voyant les fesses de Morrigan dépasser de l’eau.

” Me faire une blague ? “
Pour toute réponse à sa deuxième phrase, elle se colla davantage contre le bord du lac. Histoire qu’il n’y ait rien à voir, sinon à être derrière elle dans l’eau. Le regard qu’elle lui lança était clair : on ne regarde pas.

” Tu ne croyais tout de même pas que je m’approchais de tes sapes, juste pour venir prendre un petit bain avec toi ? ... Note que l’idée est séduisante, mais quelques ennuis physiques me poussent à trouver cela plus romantique au clair de lune…”

” Et maintenant que la blague est avortée, tu comptes rester planté là ? “ demanda-t-elle presque innocemment. Naïve oui, mais pas complètement. Pour se sortir de là et sortir du bassin tout court, elle ne savait pas bien comment faire, désormais qu’elle n’était plus seule.

Il posa alors genoux à terre pour être au plus près de son visage. Toute sa tenue masquant ses expressions, Morrigan ne pouvait malheureusement se fier qu’au ton de la voix du vampire.

” Je resterai ici, maintenant plus que jamais…” Dit-il de sa voix grave, mais avec une intonation douce qui ne lui était pas coutumière. “ Après tout, c’est moi qui suis ton protecteur pour cette aventure. Et nous voilà seuls à la merci de tous les dangers. “

_________________
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Aventure : Epidémie] : Le convois   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Aventure : Epidémie] : Le convois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Wii] Les lapins crétins: La grosse aventure
» Nouvelle aventure, nouveaux horizons
» La fabuleuse aventure du mage Bwork Grip Souh
» Si j'était un personnage de jeu d'aventure je serais ...
» Wallace et grommit en jeux d'aventure!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie ::  :: Campagne Clavinienne-
Sauter vers:  
Google